Expéditions punitives contre des Roms à Bobigny: Huit nouvelles personnes présentées au tribunal

PROCÈS Huit personnes interpellées lors d’une expédition punitive contre des Roms, menée à Bobigny lundi dernier, seront présentées au juge ce jeudi.

M.F

— 

La façade du palais de justice de Bobigny (Seine-Saint-Denis). (Illustration)
La façade du palais de justice de Bobigny (Seine-Saint-Denis). (Illustration) — Clément Follain / 20 Minutes

Huit nouvelles personnes sont présentées en comparution immédiate ce jeudi après-midi au tribunal de Grande Instance de Bobigny suite à une expédition punitive menée contre des Roms à Bobigny lundi dernier, a appris 20 Minutes de source judiciaire. Ils comparaîtront pour « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ».

Mercredi déjà, quatre jeunes hommes ont été présentés au tribunal pour des faits similaires survenus le même soir à Clichy-sous-Bois.

Couteaux, barres de fer et pioches

Lundi soir vers 21 heures à Bobigny, une cinquantaine d’individus armés de couteaux et de bâtons, ont d’abord menacé des Roms installés en bordure de la RN3. Deux camionnettes appartenant aux gens de cette communauté ont été incendiées. Sept personnes, dont deux Roms se trouvant dans les camionnettes, ont été interpellées et placées en garde à vue.

Plus tard dans la nuit vers 1 heure du matin, toujours à Bobigny, une bagarre a éclaté entre une quinzaine d’individus et des Roms dans leur campement. Les policiers ont interpellé huit personnes, dont deux Roms, qui étaient en possession de couteaux, de barres de fer, de bâtons, de pioches et de briques.

Des rumeurs d’enlèvements d’enfants

Origine de cette expédition punitive, perpétrée dans différentes villes de Seine-Saint-Denis ce même soir :  une rumeur tournant sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Selon plusieurs témoignages, des Roms conduisant une camionnette chercheraient à kidnapper des enfants ainsi que des jeunes femmes sur le département.

Mercredi soir, l’audience des quatre personnes qui paraissaient en comparution immédiate a été reportée au 17 avril prochain.