VIDEO. Affaire Sophie Le Tan: Le principal suspect dans la disparition de l’étudiante est «assez serein» avant son interrogatoire

JUSTICE Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, est entendu au tribunal de Strasbourg ce jeudi

Alexia Ighirri

— 

Dans la rue Perle, devant l'immeuble où vivait le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan.
Dans la rue Perle, devant l'immeuble où vivait le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan. — G. Varela / 20 Minutes
  • Jean-Marc Reiser est interrogé pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire Sophie Le Tan, étudiante ayant disparu en septembre 2018 après la visite d’un appartement à Schiltigheim.
  • Selon son avocat, le principal suspect dans l’affaire était « assez serein » avant le début de son second interrogatoire par le juge d’instruction.

Jean-Marc Reiser est entendu pour la seconde fois ce jeudi au tribunal de grande instance de Strasbourg. Principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, étudiante de 20 ans qui n’a plus donné signe de vie depuis la visite d’un appartement à Schiltigheim (Bas-Rhin) en septembre 2018, il va être interrogé toute la journée par le juge d’instruction.

Avant le début de l’interrogatoire, son avocat Me Giuriato indique que Jean-Marc Reiser « est assez serein par rapport à sa version des faits, par rapport au dossier. Après, on verra ce qui sera abordé dans le cadre de cet interrogatoire. Les principales questions vont se porter sur ce qu’il s’est passé entre le 5 octobre et maintenant, sur les résultats de certaines expertises, dont je ne peux pas vous parler, et sur le fait de savoir s’il maintient ses déclarations ».

Une scie tachée de sang dans la cave de Jean-Marc Reiser ?

L’avocat ne se prononcera pas quant aux nouveaux éléments de l’enquête, dont la présence d’une scie tachée de sang dans la cave de Jean-Marc Reiser révélée par Le Parisien. « Pour le moment, il compte maintenir sa version des faits. Je n’ai pas eu l’occasion de m’entretenir avec lui depuis certaines informations qui ont fuité dans la presse. Donc on va voir si sa position va être mise à jour, peut-être », souffle seulement Me Giuriato, soulignant que son client « n’est pas quelqu’un qui va tenter de maintenir le silence. Après c’est sûr, sur d’autres questions, peut-être qu’il se gardera le droit de garder le silence. C’est son droit ».

Son second conseiller Me Metzger sera plus expéditif : indiquant qu’il « n’y a pas de modification envisagée » quant à la version des faits du meurtrier présumé, son avocat dit ne « rien savoir » des nouveaux éléments de l’enquête. Mis en examen pour enlèvement, séquestration et assassinat, le suspect de 58 ans a toujours nié toute implication dans la disparition de Sophie Le Tan. Ecroué depuis septembre, il avait vu sa demande de mise en liberté refusée.