VIDEO. «Gilets jaunes» à Montauban : Sept personnes interpellées après l’incendie d’une barrière de péage

JUSTICE La barrière de péage de Saint-Loup, sur l’A62 dans le Tarn-et-Garonne, avait été partiellement détruite début janvier

B.C.

— 

Le péage de Saint-Loup, sur l'A62, a été incendié dans la nuit du 1er au 2 janvier dernier.
Le péage de Saint-Loup, sur l'A62, a été incendié dans la nuit du 1er au 2 janvier dernier. — Préfecture 82

Monnayeur et caméras de vidéosurveillance détruits, câbles d’alimentation sectionnés. Dans la nuit du 1er au 2 janvier, la barrière de péage de Saint-Loup, sur l’A62 entre Toulouse et Bordeaux, était victime d'un «incendie criminel». Des dégâts évalués par Vinci à 150.000 euros « a minima » avait alors annoncé la préfecture de Tarn-et-Garonne.

Le rond-point voisin était régulièrement occupé par les «gilets jaunes». Et c’est bien vers eux que se sont orientés les enquêteurs. Sept personnes, soupçonnées être à l’origine des dégradations, ont été interpellées dans le Gers et Tarn-et-Garonne lundi, avant d’être placés en garde à vue par la compagnie de gendarmerie de Castelsarrasin indique La Dépêche du Midi.

Six hommes et une femme, connus pour être régulièrement sur le rond-point voisin, et identifiés selon le quotidien régional grâce au bornage de leur téléphone et à la vidéosurveillance.

Remis en liberté

Trois d’entre eux devaient comparaître mardi en comparution immédiate. Ils ont demandé un délai pour préparer leur défense.

Jugés le 19 avril prochain, ils ont été placés sous contrôle judiciaire et remis en liberté. Au même titre que les quatre autres « gilets jaunes » qui devront se présenter plus tard devant le tribunal de police pour obstruction de la voie publique.