Vendée: Pour avoir secoué son bébé, un père condamné à 13 ans de réclusion

JUSTICE Dans la nuit du 27 au 28 octobre 2016, à Saint-Jean-de-Monts, cet homme de 36 ans avait giflé et secoué son enfant de deux mois

David Phelippeau

— 

Illustration de pieds de bébé.
Illustration de pieds de bébé. — diowcnx

Mardi, un père a été reconnu coupable de violence ayant entraîné la mort de son bébé, sans intention de la donner, à Saint-Jean-de-Monts, selon Ouest-France. La cour d’assises de la Vendée l’a condamné à treize ans de réclusion criminelle.

Dans la nuit du 27 au 28 octobre 2016, le bébé, âgé de deux mois, pleure. Le père de famille, qui a beaucoup bu et qui devient souvent violent quand il est dans un état d’ébriété avancé, n’arrive pas à le calmer. Il reconnaît alors avoir secoué et giflé son petit garçon.

Une violence inouïe la nuit du drame

L’avocate des parties civiles fait alors une confidence terrible aux juges, rapportée par Ouest-France : « L’expert légiste fait état de secouements effroyables, l’équivalent d’un choc dans une voiture lancée à plus de 100 km/h, qui a entraîné la mort. Cet enfant a vécu des souffrances que personne ici n’ose imaginer. » La mère, présente au moment du drame, n’a rien pu faire.

Quinze de réclusion avaient été requis contre le père de famille, qui « éprouve depuis une culpabilité extrêmement authentique », selon l’avocat de la défense. Finalement, la Cour d’assises l’a condamné à 13 ans de réclusion criminelle.