Rennes: La nourrice avait fracturé le bras du bébé dont elle avait la garde

JUSTICE La femme a été condamnée à deux mois de prison avec sursis

J.G.

— 

Illustration d'un nourrisson.
Illustration d'un nourrisson. — M.Libert / 20 Minutes

Une assistante maternelle habitant Melesse, au nord de Rennes, était jugée lundi devant le tribunal correctionnel pour des violences commises sur un bébé de cinq mois dont elle avait la garde. Les faits remontent au 2 juillet 2014. Ce jour-là, un père de famille avait emmené son enfant aux urgences pédiatriques pour une fracture au bras, rapporte Ouest-France.

Placée en garde à vue, la nourrice avait évoqué un accident, multipliant les versions contradictoires. Lors de l’audience, elle a finalement reconnu sa responsabilité. « J’étais dans un état d’énervement. J’ai retourné l’enfant et j’ai joint les deux bras fortement dans son dos », a-t-elle indiqué devant les juges.

Elle ne pourra plus jamais garder d’enfants

Dans le passé, plusieurs parents s’étaient déjà plaints du comportement de l’assistante maternelle, sans toutefois porter plainte. Les expertises psychiatriques ont conclu que la femme souffrait de dépression, précise le quotidien.

Elle a été condamnée à deux ans de prison avec sursis et mise à l’épreuve et à une interdiction définitive d’exercer une profession dans la petite enfance. Le nourrisson violenté n’a quant à lui pas gardé de séquelles de cette fracture.