Affaire Barbarin: Des victimes demandent la levée de l'immunité d'un membre éminent du Vatican

PEDOPHILIE DANS L'EGLISE Monseigneur Ladaria, cardinal espagnol, cité à comparaître lors du procès du cardinal Barbarin, avait refusé de se présenter devant la justice française

Caroline Girardon

— 

Luis Ladaria, préfet de la congrégation de la foi au Vatican, avait refusé de comparaître au procès du cardinal Barbarin.
Luis Ladaria, préfet de la congrégation de la foi au Vatican, avait refusé de comparaître au procès du cardinal Barbarin. — Grzegorz Galazka/SIPA
  • Des victimes du père Bernard Preynat ont réclamé au parquet de Lyon de demander la levée de l’immunité diplomatique de Luis Ladaria, un membre éminent du Vatican.
  • Cette demande fait suite à celle du parquet de Paris, qui a réclamé la même chose au sujet du nonce apostolique en France, visé par trois plaintes pour agressions sexuelles.
  • Luis Ladaria, cité à comparaître dans le procès du cardinal Barbarin, avait refusé de se présenter devant la justice française.

Des victimes du père Bernard Preynat ont réclamé au parquet de Lyon de demander la levée de l’immunité diplomatique de Luis Ladaria, un membre éminent du Vatican. Ce dernier avait conseillé au cardinal Philippe Barbarin d’écarter le prêtre « en évitant le scandale public », a-t-on appris mercredi auprès de la Parole Libérée.

Les victimes l’avaient cité à comparaître pour non-dénonciation d’agressions pédophiles mais le cardinal espagnol avait refusé de se présenter devant le tribunal correctionnel de Lyon au mois de janvier, lors du procès de Mgr Barbarin et de cinq membres du diocèse de Lyon, jugés pour les mêmes faits.

Complicité de non-dénonciation d’infractions sexuelles commises sur mineurs

« Cette action fait suite à celle du parquet de Paris qui a demandé il y a quelques jours la levée de l’immunité diplomatique du nonce apostolique en France, visé par une enquête pour agressions sexuelles », explique François Devaux, l’un des fondateurs de La parole libérée, association regroupant les victimes du père Preynat.

Le cardinal Barbarin avait été condamné le 7 mars à six mois de prison avec sursis avant de faire appel. « Il ne fait aucun doute que dans la logique de cette décision, le cardinal Ladaria Ferrer est tout à fait susceptible de faire l’objet d’une condamnation pénale en France pour complicité par instruction du délit de non-dénonciation d’infractions sexuelles commises sur mineurs pour lequel le cardinal Barbarin a été condamné », argumente Jean Boudot, avocat des victimes dans un courrier adressé au parquet de Lyon, que 20 Minutes a pu consulter.

« Eviter le scandale public »

« Le cardinal Barbarin lui-même faisait observer qu’à la suite de la démarche d’Alexandre Hezez (une des victimes) auprès de lui, il se référait à Rome et obéissait à ses préconisations », appuie l’avocat. Dans un courrier datant du 3 février 2015, Mgr Ladaria avait demandé à l’archevêque de Lyon de « prescrire toutes les mesures disciplinaires adéquates » à l’encontre du père Preynat « tout en évitant le scandale public ».

« C’est sans équivoque quand on vous oppose une immunité diplomatique : c’est qu’on a quelque chose à se reprocher. Sinon, comme l’Eglise est très claire sur le message de la transparence et la bienveillance, pourquoi ne pas venir répondre à la justice française ? », a réagi auprès de l’AFP Pierre-Emmanuel Germain-Thill, autre membre de La parole libérée.