Marseille: Rejet du recours de la Méridionale pour les liaisons avec la Corse

JUSTICE La Méridionale avait déposé un recours devant le tribunal administratif après son éviction partielle des négociations pour les liaisons entre Marseille et la Corse

20 Minutes avec AFP

— 

Un ferry de la Méridionale resté à quai à Marseille
Un ferry de la Méridionale resté à quai à Marseille — Gérard Julien / AFP
  • Le tribunal administratif de Bastia a rejeté le recours de la compagnie Méridionale, évincé partiellement des négociations de la prochaine délégation de service public.
  • La Méridionale a remplacé en cours d’offre deux navires qu’elle prévoyait d’affréter par deux autres portant « atteinte au principe d’égalité de traitement des candidats ».

Coup dur pour la Méridionale. Le tribunal administratif de Bastia a rejeté mardi le recours de la compagnie contre son éviction partielle des négociations de la délégation de service public (DSP) maritime entre la Corse et Marseille.

« Le juge des référés du tribunal administratif rejette le recours de la société La Méridionale qui contestait le rejet par la collectivité de Corse de ses offres portant sur les lignes Marseille-Ajaccio et Marseille-Propriano », a indiqué le tribunal administratif dans un communiqué.

« Atteinte au principe d’égalité de traitement des candidats »

Pour ces deux lignes, La Méridionale, « qui ne dispose que de trois navires en pleine propriété », a remplacé, « en cours d’examen des offres », les deux navires qu’elle prévoyait d’affréter par deux autres, les premiers n’étant plus disponibles, ce qui a conduit « la collectivité de Corse à rejeter ces offres », rappelle le tribunal.

La DSP entre Marseille et les cinq ports corses (Ajaccio, Bastia, Porto-Vecchio, Propriano et Ile Rousse) sera attribuée ligne par ligne pour 15 mois et débutera en octobre prochain.

La Méridionale est donc retenue pour les négociations sur trois des cinq lignes (Marseille-Bastia, Marseille-Porto-Vecchio et Marseille-Ile Rousse). La compagnie concurrente Corsica Linea (ex-SNCM) pourra, elle, défendre son offre sur l’ensemble des cinq lignes. L’offre d’une troisième compagnie, Corsica Ferries, a été rejetée mi-novembre par l’Office des transports de Corse (OTC) pour non-conformité.