Meurtre de Sarah Halimi: Une troisième expertise conclut à «l'abolition du discernement» du suspect

PROCES Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, ce jeune homme s’était introduit chez Sarah Halimi, avant de la rouer de coups et de la précipiter dans la cour

20 Minutes avec AFP

— 

Image d'illustration du tribunal de Bobigny.
Image d'illustration du tribunal de Bobigny. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Une nouvelle contre-expertise pratiquée sur l’homme soupçonné du meurtre de Sarah Halimi, sexagénaire juive tuée en 2017 à Paris, conclut à « l’abolition du discernement » du suspect au moment des faits, compromettant la perspective d’un procès.

Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, Kobili T. s’était introduit chez sa voisine Lucie Attal – aussi appelée Sarah Halimi – au troisième étage d’une HLM de Belleville. Aux cris d'« Allah Akbar », entrecoupés d’insultes et de versets du Coran, ce jeune musulman l’avait rouée de coups avant de la précipiter dans la cour.

Une « bouffée délirante aiguë »

Cette troisième expertise affirme que le suspect ne souffre pas de maladie mentale mais qu’il a été pris d’une « bouffée délirante aiguë d’origine exotoxique », selon cette source. « Je ne suis pas surpris, ça correspond à ce que j’ai toujours dit concernant l’irresponsabilité de mon client. C’est bien que les experts le redisent », a réagi auprès de l’AFP Me Thomas Bidnic, l’avocat du suspect.

La question du discernement du suspect, interné après son arrestation, est centrale dans le dossier. La première expertise psychiatrique concluait que, la nuit du meurtre, il avait été pris d’une « bouffée délirante aiguë », liée à une forte consommation de cannabis, qui avait altéré son discernement sans pour autant l’abolir.

La crainte d’un non-lieu

Mais une deuxième expertise concluait au contraire à l’irresponsabilité pénale de Kobili T., mis en examen pour meurtre, et la juge avait ordonné une troisième expertise. « C’est une conclusion très curieuse. On nous dit qu’il n’a aucune maladie mentale et qu’il n’a connu qu’une bouffée délirante qu’au moment des faits », s’est étonnée auprès de l’AFP Me Caroline Toby, avocate des trois enfants de la victime.

Les parties civiles craignent que ces contre-expertises conduisent la juge d’instruction à ordonner un non-lieu. Une éventuelle décision en ce sens de la magistrate pourrait encore faire l’objet d’un recours devant la cour d’appel de Paris.

« Comme les enfants et la famille de Sarah Halimi, nous attendions ce procès pour que justice leur soit rendue et pour que l’antisémitisme qui tue en France aujourd’hui soit aussi sur le banc des accusés », a réagi le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) dans un communiqué, souhaitant que soit laissée à un « jury populaire » d’assises « la possibilité de trancher le débat d’experts ».