Affaire Ramadan: La justice maintient les deux mises en examen pour viols du théologien

ENQUETE La cour d'appel de Paris se prononçait ce jeudi sur la demande de l'intellectuel musulman de voir levées ses deux mises en examen sans attendre la fin des investigations

F.F. avec AFP

— 

Tariq Ramadan est en prison depuis plusieurs mois.
Tariq Ramadan est en prison depuis plusieurs mois. — UGO AMEZ/SIPA

La cour d’appel de Paris a décidé ce jeudi de maintenir la mise en examen pour viols de Tariq Ramadan. Le théologien est mis en examen depuis le 2 février 2018 pour deux viols, dont un sur personne vulnérable : le 9 octobre 2009 à Lyon sur une femme surnommée Christelle dans les médias et, au printemps 2012 à Paris, sur une ancienne salafiste devenue militante laïque, Henda Ayari.

Jusqu’à une volte-face retentissante en octobre, après neuf mois de détention provisoire, Tariq Ramadan, 56 ans, avait persisté à nier tout rapport sexuel avec ces deux plaignantes. Contraint par l’enquête à changer de version, il plaide désormais des relations de domination « consenties ».

Tariq Ramadan avait demandé dès l’été dernier aux juges d’instruction de le placer sous le statut intermédiaire de témoin assisté, première étape vers le non-lieu qu’il réclame.