Yonne: Vingt-cinq et trente ans de prison pour l'assassinat d’un rappeur en 2015

ASSISES Les deux hommes condamnés n’ont pu expliquer leur geste

20 Minutes avec AFP

— 

Un palais de justice (illustration).
Un palais de justice (illustration). — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Deux hommes ont été condamnés vendredi par la cour d’assises de l’Yonnepour avoir assassiné en 2015 un rappeur dont le corps avait été retrouvé calciné au fond d’un puits.

La cour a condamné Jérémy Charpentier, 27 ans, à trente ans de réclusion, peine plus lourde que celle requise par le ministère public qui avait demandé vingt-huit ans de prison. Tony Brotel, 31 ans, a été condamné à vingt-cinq ans de réclusion, conformément aux réquisitions.

Préméditation ?

« La préméditation a été retenue par la cour d’assises », a précisé l’avocat de Tony Brotel, Me Maxime Barbier, ajoutant que les deux hommes, qui reconnaissaient les faits, n’ont pu expliquer leur geste mais que Jérémy Charpentier « a toujours contesté » l’avoir prémédité.

Nidal Boutahar, rappeur de 33 ans et connu sous le nom de N’dal, avait disparu à la sortie d’une discothèque près de Sens, dans le nord du département, dans la nuit du 5 au 6 septembre 2015. Son corps avait été retrouvé trois mois plus tard à une dizaine de kilomètres de là, au fond du puits d’une champignonnière à Michery (Yonne), après les aveux des deux hommes.

Mort par étranglement

Ces derniers ont tué leur victime en l’étranglant l’un après l’autre, avant de mettre le feu au corps, puis de le dissimuler sous une bâche. Ils étaient revenus plusieurs jours après jeter la dépouille dans le puits de 60 m de profondeur. Les deux auteurs, qui ne connaissaient pas leur victime, auraient proposé de le reconduire chez lui à la sortie de la discothèque. Une querelle violente aurait alors éclaté dans la voiture, sur fond d’alcoolisation importante et de consommation de stupéfiants.

Peur des conséquences, alors que Jérémy Charpentier se trouvait sous contrôle judiciaire dans une affaire de stupéfiants ? Ou « bagarre qui a mal tourné » ? Le procès n’a pas permis de faire la lumière sur les raisons de l’assassinat.