Attentat du Musée juif de Bruxelles: Mehdi Nemmouche déclaré coupable du quadruple assassinat terroriste

TERRORISME La cour devra se prononcer sur la peine, qui n'est pas encore connue

20 Minutes avec AFP

— 

Un officier de police devant la salle où se tient le procès de Medhi Nemmouche, le 7 mars 2019.
Un officier de police devant la salle où se tient le procès de Medhi Nemmouche, le 7 mars 2019. — AFP

Le djihadiste français Mehdi Nemmouche a été déclaré coupable ce jeudi des quatre assassinats à caractère « terroriste » commis le 24 mai 2014 au musée juif de Bruxelles, a annoncé la présidente de la cour d’assises qui le jugeait depuis deux mois.  Son co-accusé Nacer Bendrer, un délinquant marseillais qui était jugé pour lui avoir fourni les armes, a été reconnu « co-auteur » de la tuerie.

Dans leurs motivations, les 12 jurés et les trois magistrats professionnels ont notamment rappelé que Mehdi Nemmouche, délinquant multirécidiviste radicalisé en prison, avait été arrêté le 30 mai 2014 à Marseille en possession des armes utilisées lors de la tuerie. La veste en nylon retrouvée dans ses effets personnels et correspondant à celle observée sur le tireur le jour des faits « contenait exclusivement des traces d’ADN de Mehdi Nemmouche », présentant en outre « des résidus de tirs », a souligné la présidente dans la lecture de l’arrêt.

Quadruple assassinat

La cour devra se prononcer dans un deuxième temps sur les peines, vraisemblablement vendredi. Les 12 jurés et trois magistrats professionnels ont commencé leurs délibérations mardi à la mi-journée. Ils ont répondu à un total de 56 questions sur la culpabilité des deux accusés.

Accusé de ce quadruple assassinat commis de sang-froid en moins d’une minute et demie le 24 mai 2014, Mehdi Nemmouche, djihadiste français de 33 ans, encourt la réclusion à perpétuité. Il nie les faits et affirme avoir été « piégé », sans plus d’explications, reprenant mot pour mot la thèse de ses conseils, qui a été jugée invraisemblable par les autres parties au procès.

A l’énoncé du verdict Nemmouche, portant fine barbe et pull bleu marine, est resté impassible, le regard dans le vide. A ses côtés dans le box, Nacer Bendrer a gardé la tête baissée de longues minutes. Au total, l’accusation avait recensé « 23 éléments de preuve » accablant Mehdi Nemmouche, dont la morphologie correspond aussi à celle du tireur observée sur la vidéosurveillance du musée.