Rennes: Une amende de 250.000 euros requise contre Lactalis après la pollution d’une rivière

JUSTICE Le délibéré sera rendu le 7 mai

Jérôme Gicquel

— 

La rivière la Seiche a été victime d'une pollution de l'usine Lactalis de Retiers, en Ille-et-Vilaine.
La rivière la Seiche a été victime d'une pollution de l'usine Lactalis de Retiers, en Ille-et-Vilaine. — Eau et rivières de Bretagne

Le géant Lactalis était jugé mardi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour la pollution de la rivière La Seiche en août 2017. Le 18 août, à la suite d’un incident dans la station d’épuration de l’usine la Société Laitière de Retiers, le cours d’eau avait été pollué par un rejet d’une grosse quantité de lactose. Toute la vie sauvage avait été réduite à néant sur huit kilomètres, avec des tonnes de poissons, des oiseaux et des mammifères qui étaient morts intoxiqués.

A la barre, le directeur de l’usine Lactalis de Retiers a rejeté la faute sur la société SPX Flow Technology, également sur le banc des accusés, qui avait installé la nouvelle ligne de production de lactose. « Le problème est dû à un dysfonctionnement de mise en route. Nous, on achète une installation pour qu’elle fonctionne », a indiqué Bruno Alix, directeur de l’usine de Retiers, cité par Le Télégramme. « A partir du moment où il y a du produit, c’est le client qui décide. Nous ne maîtrisons pas les flux », a rétorqué Patrick Charlin, directeur de SPX.

« Désinvolture et légèreté » selon le procureur

Alors que les dirigeants des deux sociétés se rejetaient la responsabilité de la pollution, le procureur a quant à lui pointé du doigt « la désinvolture et la légèreté des responsables ». « Les deux sociétés avaient les moyens financiers pour éviter ces incidents. Il s’agit d’un dysfonctionnement d’une installation classée. Les seuils ont été dépassés par la faute des deux, mais la Société Laitière a plus de responsabilités », a-t-il indiqué, selon des propos rapportés par Ouest-France.

A l’issue de l’audience, le parquet a requis une amende de 250.000 euros contre Lactalis et de 50.000 euros contre SPX. Le jugement sera rendu le 7 mai à 14h.