Rennes: Accusée d’avoir secoué son bébé, une maman relaxée

JUSTICE Jugée lundi par le tribunal correctionnel pour des faits de maltraitance supposée sur son fils en 2015, Vanessa avait toujours clamé son innocence

Manuel Pavard

— 

Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes.
Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Elle n’avait jamais cessé de clamer son innocence. Quatre longues années de stress et puis la délivrance lundi soir, peu après 23h. Vanessa a été relaxée par le tribunal correctionnel de Rennes des faits de « violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans par ascendant ». La jeune femme de 32 ans résidant à Maxent, en Ille-et-Vilaine, était accusée d’avoir secoué son bébé alors âgé de 6 semaines, en février 2015.

Hospitalisé au CHU de Rennes, son fils Hylann avait fait l’objet de divers examens aux diagnostics contradictoires. Certains médecins avaient détecté des hématomes sous-duraux (autour du cerveau) impliquant le syndrome du bébé secoué, mais d’autres contestaient cette théorie, avançant la piste d’un épanchement de liquide péricérébral.

Tonnerre d’applaudissements à l’annonce du jugement

À la suite d’un signalement au procureur de la République, Hylann avait été placé dans une famille d’accueil durant 15 jours, tandis que Vanessa avait été mise en examen. La préparatrice en pharmacie et son conjoint, qui avaient pu récupérer leurs fils quatre mois plus tard, avaient ensuite sollicité des expertises indépendantes invalidant la thèse de la maltraitance. Une controverse médicale qui a ainsi été au cœur des débats du tribunal.

En septembre 2017, Vanessa avait créé l’association Adikia regroupant des familles accusées de maltraitance sur leur bébé mais clamant leur innocence. Présents en nombre dans la salle, ses soutiens membres de l’association ont accueilli la relaxe avec un tonnerre d’applaudissements.