VIDEO. Malgré l'interdiction, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont pu se parler pendant une heure au palais de justice

COUAC Alors que leur contrôle judiciaire leur interdit de se rencontrer, les deux hommes ont été placés côte à côte au palais de justice

L.Br.

— 

Alexandre Benalla et Vincent Crase, le 21 janvier 2019 au Sénat.
Alexandre Benalla et Vincent Crase, le 21 janvier 2019 au Sénat. — AFP

L’échange a duré plus d’une heure. Selon une information de RTL, le 19 février dernier, Alexandre Benalla et Vincent Crase, convoqués par la justice, sont placés dans le même box, ce qui leur a permis de discuter entre eux.

Alexandre Benalla et Vincent Crase étaient justement convoqués au palais de justice de Paris pour avoir violé leur contrôle judiciaire en se rencontrant en juillet dernier, d’après des enregistrements révélés par Mediapart. Ils devaient être présentés à un juge séparément et menottés. Mais le jour de leur venue, ils sont placés dans un box commun destiné aux entretiens avec les avocats, le temps d’attendre la décision du juge des libertés. Leur interdiction de communiquer n’ayant pas été spécifiée, ils discutent pendant plus d’une heure.

Une histoire de mail

A l’origine de cette situation « ubuesque », selon une source proche du dossier, une erreur humaine. Le mail censé transmettre les consignes des magistrats n’a pas été envoyé. Les policiers n’ont donc pas reçu d’instruction particulière concernant les deux hommes. Ce n’est qu’une heure plus tard que la « bourde » a été réalisée et que Benalla et Crase sont menottés et séparés, comme cela était prévu au départ. C’est à l’issue de cette convocation que le juge a décidé leur placement en détention provisoire. Interrogé par RTL, le tribunal n’a pas souhaité faire de commentaire.