Antibes: «Si j’avais une arme, je vous tirerai dessus», un gilet jaune condamné pour des menaces sur des policiers

GILETS JAUNES L'homme a écopé de 12 mois de prison avec sursis

M.Fr.
— 
Les gilets jaunes azuréens tractent avant le blocage de samedi.
Les gilets jaunes azuréens tractent avant le blocage de samedi. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Il a participé pendant deux mois aux manifestations des « gilets jaunes ». Pendant l’une d’elles, sur le rond-point d’Antibes, Tony s’est emporté face aux policiers. Selon Nice-Matin, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Grasse à douze mois de prison avec sursis pour avoir proféré des menaces de mort et outragé les forces de l’ordre.

Les faits remontent au 29 décembre. Près du magasin Carrefour d’Antibes, Tony est venu manifester. Il s’en est pris aux policiers : « Si j’avais une arme, je vous tirerais dessus, vous êtes les chiens de l’Etat. On va se revoir en dehors, même vos gosses auront honte de vous ! », criait-il aux agents, les accusant de « mutiler les jeunes, crevant les yeux, blessant gravement ». En plus de ces invectives, l’homme portait sur lui une arme blanche, un couteau Magnum, lors de son interpellation.

Prison avec sursis et indemnité

Lors du procès, le procureur de la République a pointé « qu’on est dans la même haine, une attitude déplorable et menaçante », rapporte le quotidien local. L’homme, un père de famille, avait déjà trois mentions dans son casier judiciaire pour des faits de conduite sans permis et d’usage de stupéfiants.

Reconnu coupable, il a finalement écopé de douze de mois de prison avec sursis. Il devra également verser une indemnité de 1.000 euros aux deux policiers, parties civiles dans ce dossier.