VIDEO. Affaire Fiona: La Cour de cassation ordonne un nouveau procès, Cécile Bourgeon va sortir de prison

INFO «20 MINUTES» La Cour de cassation a cassé l'arrêt rendu par la cour d'appel de la Haute-Loire, en 2018, ouvrant la voie à une libération immédiate de Cécile Bourgeon

Vincent Vantighem

— 

Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, à Riom (Puy-de-Dôme), le 5 septembre 2016.
Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, à Riom (Puy-de-Dôme), le 5 septembre 2016. — Thierry Zoccolan / AFP
  • La Cour de cassation a cassé l'arrêt rendu en 2018 dans « l’affaire Fiona ».
  • Cela ouvre la voie à une libération immédiate de Cécile Bourgeon, sa mère.
  • Un nouveau procès en appel devrait se tenir dans les prochains mois.

Elle devrait sortir ce mercredi soir. La Cour de cassation vient d’ordonner la tenue d’un nouveau procès en appel dans l’affaire de la mort de la petite Fiona. Cela ouvre automatiquement la voie à une libération immédiate de Cécile Bourgeon, sa mère, qui purgeait jusqu’ici une peine à la maison d’arrêt de Lyon-Corbas (Rhône). Condamnée en appel à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Haute-Loire en février 2018, Cécile Bourgeon avait formé un pourvoi en cassation, estimant que le procès avait été entaché de plusieurs irrégularités.

L'arrêt rendu en appel étant cassé, c’est désormais la décision du procès en première instance qui s’applique. Lors de ce procès à Riom en 2016, Cécile Bourgeon avait été condamnée à cinq ans de prison pour des délits et acquittée des coups ayant entraîné la mort de Fiona. Ayant déjà passé plus de cinq ans derrière les barreaux, elle peut immédiatement sortir de prison et pourra comparaître libre lors du prochain procès en appel. A l’inverse, Berkane Makhlouf, son ancien compagnon, avait écopé d’une peine de vingt ans de réclusion lors du premier procès et ne pourra donc pas prétendre à une libération.

Vers un nouveau procès à Lyon dans quelques mois ?

« La libération de Cécile Bourgeon est d’abord une immense satisfaction professionnelle pour nous qui sommes à ses côtés depuis de longues années, ont réagi Gilles-Jean et Renaud Portejoie, ses avocats dans un communiqué. C’est aussi et surtout la victoire du droit et des principes cardinaux de notre procédure pénale sur les a priori et fantasmes véhiculés par l'opinion publique et relayés par les parties civiles. » A l’inverse, Marie Grimaud, avocate de l’association Innocence en danger, partie civile dans cette procédure, a déploré le fait que « la défense ait profité des largesses du Code de procédure pénale pour obtenir cette décision. C’est incompréhensible car elle n’avait pas soulevé lors du procès ces violations dont elle avait pourtant eu connaissance ». Selon elle, « c’est la porte ouverte à un cinquième, un sixième voire un septième procès… »

Selon nos informations, le nouveau procès en appel pourrait se tenir devant la cour d’appel de Lyon dès cette année. Selon une source proche du dossier, il pourrait même se tenir dès le mois de juin pour une durée de quinze jours. Lors du procès à Riom (Puy-de-Dôme) en 2016, Cécile Bourgeon avait indiqué que, si elle sortait un jour de prison, elle prendrait sa voiture pour aller chercher l’endroit où elle a enterré le corps de Fiona, en 2013. Agée de 5 ans à l’époque, la fillette avait été ensevelie en bordure d’une forêt après avoir été victime de violences. Son corps n’a jamais été retrouvé. Depuis, sa mère a également émis le souhait d'être hypnotisée pour enfin se souvenir de l'endroit où elle a déposé son cadavre il y a plus de cinq ans.