Strasbourg: Le tribunal donne raison aux anti-GCO et annule le permis d'aménager du viaduc de Kolbsheim

JUSTICE Une nouvelle version du permis a néanmoins été déposée par Vinci et publié par la préfecture permettant le lancement des travaux dans le cadre du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg

A.I.

— 

Près d'une centaine d'opposants au projet autoroutier de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) se sont rassemblés devant le tribunal administratif de Strasbourg où étaient convoqués dix opposants de la Zad de Kolbsheim ce lundi.
Près d'une centaine d'opposants au projet autoroutier de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) se sont rassemblés devant le tribunal administratif de Strasbourg où étaient convoqués dix opposants de la Zad de Kolbsheim ce lundi. — B. Poussard / 20 Minutes.

Le Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg, c’est aussi une bataille juridique. Un nouvel épisode vient de sortir du tribunal où s’opposaient l’association environnementale Alsace Nature, représentant l’opposition au GCO, et Vinci et sa filiale Arcos, concessionnaire de ce projet autoroutier.

Le tribunal administratif de Strasbourg a rendu sa décision : il a donné raison aux anti-GCO en annulant, sur le fond, le permis d’aménager du viaduc de franchissement de la vallée de la Bruche à Kolbsheim. « Malgré toutes les manœuvres dilatoires du préfet et d’Arcos, le tribunal administratif de Strasbourg annule au fond le permis d’aménager du viaduc de Kolbsheim. Le combat juridique continue », a annoncé l’avocat d’Alsace Nature, Me François Zind.

Du moins, le tribunal a annulé la première version du permis. Anticipant cette décision, Vinci a déposé un nouveau permis, que la préfecture a signé permettant ainsi le lancement des travaux.