Le Mans: Perquisition dans un «coffee shop», le gérant en garde à vue pendant 24h

CBD Les produits vendus dans cette boutique, ouverte il y a dix jours, ont été saisis «pour analyse ultérieure»

J.U. avec AFP

— 

Coincé dans un cadre juridique flou, le CBD n’a toutefois rien d’illégal
Coincé dans un cadre juridique flou, le CBD n’a toutefois rien d’illégal — R.LESCURIEUX / 20Minutes

Il a dû baisser le rideau. Le gérant d’un « coffee shop » du Mans, qui vendait des produits dérivés du cannabis, a été placé en garde à vue mardi. Son magasin a été perquisitionné, pour « suspicion d’infraction à la législation sur les stupéfiants », précise le parquet du Mans.

La boutique, toujours fermée ce mercredi, avait ouvert il y a dix jours avant que les produits ne soient saisis « pour analyse ultérieure ». Le gérant, ainsi que l’agent de sécurité présent sur place, ont tous deux été placés en garde à vue. Selon les Nouvelles de Sablé, les deux hommes en sont ressortis libres. Mais le gérant, qui a passé 24h au commissariat, « attend de savoir s’il est poursuivi et pour quels motifs », explique le quotidien ce mercredi.

« Flou juridique »

Face à la multiplication en France des « coffee shops », vendant des dérivés du cannabis sous forme de crèmes, tisanes ou encore cookies, la Chancellerie a rappelé fin juillet 2018 à l’ensemble des procureurs le cadre légal très restrictif applicable à ces établissements. Il leur a été demandé d’assurer avec « fermeté » la répression des infractions constatées.

De nombreux « coffee shops » profitent d’un « flou juridique » qui autoriserait le cannabidiol, dès lors que la teneur en THC (delta9-tétrahydrocannabinol) n’excède pas 0,2 %. Or, pour la Chancellerie, il s’agit là d’une lecture erronée d’un arrêté du 22 août 1990 sur le cannabis.