«Gilets jaunes» à Béziers : Condamné à deux ans de prison après des dégradations sur un péage

JUSTICE « J'ai commis une erreur. Mais j'assume tout », a-t-il indiqué devant le tribunal

N.B. avec AFP

— 

Des gilets jaunes (illustration).
Des gilets jaunes (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

Un « gilet jaune » a été condamné lundi devant le tribunal correctionnel de Béziers(Hérault) à un an de prison ferme, pour obstruction à la circulation, vol de barrières de péage et destruction de matériel.

Le quadragénaire, sans emploi, qui revendique son appartenance au mouvement des « gilets jaunes », a été interpellé le 7 février par les gendarmes,​ Il a écopé de 15 mois de prison dont trois mois avec sursis, mais la juge a ajouté une mise à l’épreuve de deux ans.

« J’assume tout »

Déjà en détention provisoire, il a été écroué après sa condamnation pour des faits survenus entre le 2 et le 4 février au péage de Béziers Ouest sur l’autoroute A9.

« J’ai commis une erreur, a-t-il expliqué à la barre du tribunal correctionnel. Je n’aurais jamais dû confondre revendication et destruction. Mais j’assume tout. » Vinci Autoroute, qui exploite l’A9, a demandé que l’ensemble de ses droits soient réservés, assurant ne pas encore avoir « eu le temps de chiffrer le montant des dégâts ».