VIDEO. Affaire Benalla: Le couple molesté le 1er mai jugé, ce vendredi, pour violences sur les policiers

PROCÈS Georgios. D. et Chloé. P. vont être jugés, ce vendredi, pour des violences commises sur les policiers avant qu’Alexandre Benalla ne les rudoie

Vincent Vantighem

— 

Place de la Contrescarpe, un jeune homme est pris à partie, le 1er-Mai dernier.
Place de la Contrescarpe, un jeune homme est pris à partie, le 1er-Mai dernier. — Naguib-Michel SIDHOM / AFP
  • Le couple molesté par Alexandre Benalla place de la Contrescarpe à Paris en marge des manifestations du 1er-Mai va être jugé ce vendredi.
  • Ils risquent trois ans de prison pour avoir jeté des projectiles sur les CRS.
  • En parallèle, les enquêtes sur le comportement d’Alexandre Benalla se poursuivent.

C’est avec eux que toute l’affaire Benalla a débuté le 1er mai 2018. Le jeune couple molesté par l’ancien chargé de mission d’Emmanuel Macron doit être jugé, ce vendredi matin par le tribunal correctionnel de Paris, pour des violences envers des policiers. Georgios. D., cuisinier grec de 29 ans et Chloé. P., graphiste française de 30 ans, sont accusés d’avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre peu avant qu’Alexandre Benalla ne les interpelle violemment dans le Quartier latin, en marge de la traditionnelle manifestation du 1er-Mai.

Sur différentes vidéos dévoilées depuis lors, on les voit jeter sur les CRS une carafe et un cendrier attrapés sur l’une des tables d’un café de la place de la Contrescarpe (5e arrondissement) alors que la manifestation dégénère. Chloé. P. adresse même un bras d’honneur aux policiers qui s’apprêtent à charger. Inconnus de la justice et de la police avant ces faits, les deux jeunes gens encourent une peine de trois ans de prison et 45.000 euros d’amende pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique n’ayant entraîné aucune incapacité temporaire de travail ».

Les projectiles jetés n’ont fait aucune victime

Relâchés le jour des faits, les deux jeunes gens n’avaient été placés en garde à vue qu’en octobre dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris. La police, débordée le 1er mai, avait expliqué avoir donné la priorité aux personnes soupçonnées d’être des casseurs. Devant les enquêteurs, Georgios. D. et Chloé. P. avaient reconnu les faits, « regrettant » une « réaction sanguine » au comportement des CRS.

Mais les projectiles qu’ils avaient jetés n’ont fait aucune victime. A l’issue de leur garde à vue, ils avaient donc simplement été convoqués devant la 28e chambre du tribunal pour l’audience de ce vendredi au cours de laquelle personne ne s’est constitué partie civile. « Ils se présenteront devant le tribunal pour s’expliquer simplement sur les faits », a indiqué leur avocat, Sahand Saber à 20 Minutes tout en refusant d’en dire plus sur leur état d’esprit.

L’enquête sur Benalla se poursuit

Chloé. P. et Georgios. D. sont par ailleurs parties civiles dans l’enquête visant Alexandre Benalla qui les avait présentés, lors de sa garde à vue, comme « les deux personnes les plus virulentes » de la manifestation. Pour les faits du 1er-Mai, l’ancien chargé de mission a été mis en examen pour « violences en réunion » et « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique ». Il a toujours nié toute forme de violence et indiqué qu’il avait agi par « réflexe citoyen ». L’enquête sur ce volet-là se poursuit.