Perquisition chez Médiapart: Matignon pris dans la tourmente des enregistrements de Benalla

ENQUÊTE La cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre est soupçonnée d’être à l’origine des enregistrements clandestins d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase

V. Vantighem et T. Chevillard

— 

Alexandre Benalla, le 16 juillet 2018
Alexandre Benalla, le 16 juillet 2018 — THOMAS SAMSON / AFP
  • La cheffe du service de sécurité de Matignon a été entendue par les enquêteurs.
  • Elle est soupçonnée d’être à l’origine des enregistrements entre Alexandre Benalla et Vincent Crase.
  • Médiapart a révélé, jeudi dernier, que les deux hommes avaient violé leur contrôle judiciaire.

Jusqu’ici, l’incendie était circonscrit à l’Élysée. Mais ce mercredi, le feu de l’affaire Benalla a commencé à lécher les murs de Matignon. La cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM) a été entendue à ce sujet, mardi, par les enquêteurs de la brigade criminelle, a appris 20 Minutes de source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.

Elle est soupçonnée d’être à l’origine des enregistrements clandestins d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase, révélés la semaine dernière par Mediapart. Jeudi dernier, le site d’investigation expliquait que les deux hommes avaient discuté de l’affaire le 26 juillet, en violation de leur contrôle judiciaire. Sur l’une des bandes-son dévoilées, on entendait notamment Alexandre Benalla se targuer auprès de Vincent Crase d’avoir toujours le soutien du « patron » Emmanuel Macron, six jours après sa mise en examen. « Il m’a dit : "Tu vas les bouffer ! T’es plus fort qu’eux !" ».

La cheffe du GSPM « dément être impliquée »

La cheffe du service de sécurité d’Edouard Philippe a donc été entendue mardi par les enquêteurs car elle est soupçonnée d’être à l’origine de la rencontre entre les deux hommes. « Elle dément être impliquée d’une quelconque façon dans la rupture du contrôle judiciaire d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase, indiquent les services de Matignon à 20 Minutes. Elle affirme connaître M. Benalla mais ne jamais avoir rencontré M. Crase. Elle dément également que son compagnon [présenté par Le Parisien comme « un membre des forces spéciales »] ait pu organiser cette rencontre chez elle en son absence. »

Outre le lieu et la date de la rencontre, les enquêteurs cherchent surtout à découvrir aujourd’hui comment les deux hommes ont été enregistrés et surtout par qui. Matignon, chargé en France du contrôle des écoutes administratives, indique aussi « qu’aucune écoute [de ce type] n’a été autorisée concernant les protagonistes cités pendant la période des faits ». Autrement dit, Alexandre Benalla et Vincent Crase auraient été enregistrés de façon totalement illégale par quelqu’un qui a la capacité technique de le faire.

Matignon a « transmis des informations » au procureur

L’affaire prend désormais une tournure très politique. Interrogés par de nombreux journalistes, les services du Premier ministre ont, en effet, admis avoir transmis l’ensemble des informations à ce sujet au procureur de Paris, justifiant ainsi un peu plus les critiques sur la mainmise du pouvoir exécutif sur les magistrats du parquet. « Qui comprendrait que Matignon réserve à la presse des informations que la justice pourrait estimer utiles ? », se défend-on chez Edouard Philippe.

Le problème, c’est que c’est cette transmission d’information de Matignon au procureur qui a conduit, ce dernier, à ouvrir une enquête préliminaire pour « atteinte à la vie privée » et « détention illicite d’appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d’interception de télécommunications ou de conversations ». Et c’est dans ce cadre que les locaux de Mediapart ont été la cible d’une tentative de perquisition.

Autrement dit : « Matignon a provoqué l’enquête sur les sources de Mediapart » a donc affirmé sur Twitter, Fabrice Arfi, le responsable des enquêtes du site.