La folle soirée d’Alexandre Benalla au Damas Café après les révélations du «Monde»

ENQUÊTE « 20 Minutes » retrace la soirée qu’Alexandre Benalla a passée dans un bar à chicha proche de l’Élysée le soir où « Le Monde » a révélé qu’il avait molesté des manifestants le 1er mai

Vincent Vantighem

— 

Paris, le 21 janvier 2019. Alexandre Benalla photographié juste avant sa seconde audition devant la Commission d'enquête du Sénat.
Paris, le 21 janvier 2019. Alexandre Benalla photographié juste avant sa seconde audition devant la Commission d'enquête du Sénat. — Alain JOCARD / AFP
  • En analysant les fadettes, les enquêteurs ont établi qu’Alexandre Benalla avait eu, au moins, 33 correspondants différents au téléphone le soir des révélations du « Monde », le 18 juillet 2018.
  • Ce soir-là, des policiers ont extrait des images de vidéosurveillance des manifestations du 1er-Mai afin d’aider l’ancien chargé de mission à se défendre.
  • L’un d’entre eux a été en lien avec Jimmy Reffas, l’ancien garde du corps de Johnny Hallyday, dont le rôle intrigue.

A grandes enjambées, Kylian Mbappé entre dans la défense argentine et le cœur des Français. Il est un peu plus de 20 heures, ce 18 juillet 2018, quand les deux écrans du Damas Café se mettent à rediffuser les meilleurs moments de la Coupe du monde en Russie. Deux jours plus tôt, Alexandre Benalla a justement descendu les Champs-Élysées avec les Bleus. Mais ce soir-là, il n’a pas la tête au football. Le Monde l’a appelé en début d’après-midi pour lui demander s'il était place de la Contrescarpe le 1er mai. Il a compris qu’il avait été « identifié » comme étant l’auteur de violences sur des manifestants. « Mon affaire va sortir… », répète-t-il, depuis, à tous ceux qu’il croise. « On avait l’impression qu’il s’y attendait sans s’y attendre vraiment, résume Christian Prouteau, fondateur du Groupe de sécurité de la présidence de la République. C’était très étrange… »

Pas suffisamment toutefois pour changer ses habitudes. Il est 20h09 quand Le Monde publie son article. Alexandre Benalla rejoint tout de même le Damas Café. Avec son ami Vincent Crase –lui aussi pris dans la tourmente des événements du 1er mai–, il affectionne ce bar à chicha de la rue du Colisée. A 500 mètres de l’Élysée, il tente donc de se détendre. Mais les vibrations de son téléphone témoignent bien de l’agitation qui grandit à mesure que les révélations du Monde se répandent. Après analyse des fadettes, les enquêteurs ont relevé des contacts avec pas moins de 33 correspondants différents ce soir-là, entre 20h30 et 2h28. La plupart ne servent qu’à gérer la crise.

La galère de trois policiers pour copier un CD illégal

Alors que les charbons de la chicha rougissent à peine, un drôle de ballet se joue ainsi dans les rues de Paris. A la préfecture de police, un commissaire un peu zélé se met en tête de dégoter des images de vidéosurveillance démontrant que les manifestants de la place de la Contrescarpe étaient, eux-mêmes, violents. Une façon de laisser entendre que l’intervention musclée d’Alexandre Benalla était plus légitime qu’il n’y paraît.

Rapidement, Maxence Creusat extrait une vidéo où l’on voit un couple jeter des cendriers et une carafe d’eau sur les CRS. Dans le jargon, on appelle cela des « PZVP » : des « plans de zone de la ville de Paris ». Les sortir du système est illégal. Dès le lendemain, le commissaire confessera avoir fait « une connerie ». Mais, ce soir-là, Laurent Simonin, son supérieur, l’encourage. Sur la route des vacances, celui-ci parvient même à lui affecter le renfort de Jean-Yves Hunault pour cela. Il s’agit de l’officier de liaison entre la préfecture de police et l’Élysée.

Mais, sur l’île de la Cité, dans les locaux de la Direction de l’ordre public et de la circulation, les deux hommes ne parviennent pas à faire une copie du fameux CD. Maxence Creusat, propose donc d’aller chez lui, à quelques rues à peine, persuadé d’y parvenir avec son propre matériel. Mais là aussi, la technique a raison de lui. Il est finalement plus de 23 heures quand Jean-Yves Hunault se résout finalement à remettre le CD original à Alexandre Benalla, toujours attablé au Damas Café.

Yassine Belattar et Arno Klarsfeld donnent des « conseils »

Sur les écrans, Kylian Mbappé poursuit ses arabesques. Dans les fauteuils en face, Alexandre Benalla, lui, ressent toujours les vibrations de son portable. Depuis trois heures, ses amis témoignent de leur soutien. Un ancien député (PS) du Pas-de-Calais l’appelle pour lui dire « de tenir le coup ». L’animateur de Radio Nova, Yassine Belattar, tente de lui faire prendre conscience que « la situation est catastrophique ». Deux journalistes veulent obtenir une réaction. Et l’avocat Arno Klarsfeld se fend d’un texto de « conseils ». A toutes fins utiles…

SMS envoyé par Arno Klarsfeld à Alexandre Benalla.
SMS envoyé par Arno Klarsfeld à Alexandre Benalla. - A. KLARSFELD

Mais c’est surtout le petit monde de la sécurité qui vient au secours du jeune père de famille. Au bout du fil se succèdent un ancien boxeur, quelques policiers dont un commissaire, le secrétaire général d'un préfet d'Ile-de-France et même un général de gendarmerie bien embêté de voir son numéro apparaître dans la procédure. « J’avais rencontré Alexandre lors d’une cérémonie, justifie-t-il aujourd’hui. Je l’avais trouvé sympathique. Je voulais prendre des nouvelles. Mais c’est tout ! Rien de plus à dire ! »

Jimmy Reffas, l’ancien garde du corps de Johnny Hallyday envoie des textos

Dans la longue liste de correspondants, c’est notamment le nom de Jimmy Reffas qui intrigue aujourd’hui les enquêteurs. Il s’agit de l’ancien garde du corps de Johnny Hallyday. Sa société – Protection Athena – est domiciliée dans un petit lotissement de Carvin (Pas-de-Calais). Sauf que ce soir-là, Jimmy Reffas est dans le 11e arrondissement de Paris quand il échange avec Alexandre Benalla. Sollicité par 20 Minutes, l’ancien protecteur du « Taulier » dément pourtant avoir eu le moindre « contact téléphonique » avec l’ancien chargé de mission élyséen.

Impossible donc de savoir pourquoi il a joint Alexandre Benalla à 22h43 ce fameux mercredi soir, comme le montre l’analyse des fadettes. Impossible surtout de savoir pourquoi il a, deux minutes plus tard, envoyé des SMS à Jean-Yves Hunault, avant que son portable ne cesse brusquement d’émettre. Au moment pile où celui-ci arpentait les rues de Paris pour venir remettre le fameux CD à Alexandre Benalla…

Des contacts en Normandie pour protéger la compagne d’Alexandre Benalla

Au Damas Café, le chargé de mission, lui, continue de remercier poliment chaque interlocuteur avant de raccrocher. Mais son esprit est concentré sur sa famille. Deux jours plus tard, alors en garde à vue, il laissera entendre que sa compagne est « certainement partie à l’étranger se reposer et fuir les journalistes avec [leur] bébé. » Une diversion ? En réalité, depuis le Damas Café, Alexandre Benalla passe, durant la soirée, plusieurs coups de fil à des proches installés dans un petit village de l’Eure. C’est justement là-bas que les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) finiront par retrouver Myriam. B. après l’avoir cherchée pendant deux mois.

La compagne d’Alexandre Benalla sera ainsi interrogée, le 28 septembre, dans une petite caserne de gendarmerie normande posée le long d’une route sans âme. Alors « en arrêt maladie », elle refusera de dévoiler le nom de « l’association » qui l’emploie. Il s’agit en fait de la République en marche qui a fini, le 11 janvier, par signer une rupture conventionnelle de contrat avec elle. Est-ce Alexandre Benalla, gêné, qui lui a conseillé de cacher la vérité aux enquêteurs ? « Je ne sais pas, se souvient un de ses anciens amis. Mais, au moment des révélations du Monde, il était vraiment en panique. Il tenait absolument à protéger sa compagne. »

Le téléphone d’Ismaël Emelien « borne » près du Damas Café à 2h28

A ce moment-là, le portable du chargé de mission n’est pas déchargé. C’est au tour des collègues d’entrer en scène. Certains prennent des nouvelles depuis Périgueux (Dordogne) où ils accompagnent le chef de l’État qui doit, le lendemain, dévoiler le nouveau timbre-poste. François-Xavier Lauch, le chef de cabinet d’Emmanuel Macron envoie un SMS, tout comme le médecin-chef du Président.

Mais c’est surtout Jean-Luc Minet, le commandant militaire en second de l’Élysée qui est à la manœuvre. Pendant plus de quatorze minutes, il dialogue avec Alexandre Benalla sans que l’on sache de quoi les deux hommes discutent. Mais le lendemain, le militaire envoie un courriel à tous les plantons de l’Elysée pour leur demander d’interdire d’accès Alexandre Benalla si celui-ci se présente à l’accueil. Et même de vérifier « visuellement » jusque sous la banquette arrière des véhicules qui entrent pour voir s’il ne s’y cache pas…

L’état-major commence à lui tourner le dos mais « l’observateur de la manifestation du 1er-Mai » bénéficie encore du soutien des conseillers les plus politiques de l’Elysée. Ludovic Chaker, très actif pendant la campagne présidentielle, est en contact permanent avec lui. Tout comme Ismaël Emelien. Il est 2h25. Le Damas Café s’apprête à fermer mais le conseiller envoie encore des SMS à Alexandre Benalla. Son téléphone « borne » même dans le secteur, à 2h28.

Pour les enquêteurs, Ismaël Emelien semble donc « le plus en capacité » d’avoir pu récupérer le fameux CD contenant les images de vidéosurveillance auprès de Alexandre Benalla cette nuit-là. Est-ce lui qui a ensuite permis, au beau milieu de la nuit, leur diffusion sur un compte Twitter proche de la République en marche ? Avec des éléments de langage pro-Benalla repris partout ? Contacté par 20 Minutes, ce dernier n’a pas souhaité « faire de commentaire ». Il n’a pas non plus été auditionné par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, malgré la demande des parlementaires (LR).

Capture d'Ecran du tweet envoyé par le compte @FrenchPolitic la nuit du 18 au 19 juillet 2018.
Capture d'Ecran du tweet envoyé par le compte @FrenchPolitic la nuit du 18 au 19 juillet 2018. - TWITTER

Quant à Alexandre Benalla, rattrapé depuis par « l'affaire des passeports diplomatiques », il aurait aujourd’hui quitté la région parisienne. Il ne sait peut-être pas que le Damas Café a changé de nom. Il s’appelle désormais le « Shamyat restaurant ». Il promet « le meilleur chawarma syrien » de tout Paris. Mais propose toujours un espace où fumer tranquillement la chicha en regardant des matchs de football.