«Gilets jaunes» à Toulouse: Un an de prison ferme pour avoir visé au laser un hélicoptère de la gendarmerie

CONDAMNATION Un homme de 31 ans a été condamné à 30 mois d’emprisonnement, dont 18 avec sursis, pour avoir visé un hélicoptère de la gendarmerie lors de l’acte 10 des « gilets jaunes », samedi à Toulouse…

N.S.

— 

Des «gilets jaunes» à Toulouse, le 5 janvier 2019. Illustration.
Des «gilets jaunes» à Toulouse, le 5 janvier 2019. Illustration. — F. Scheiber / Sipa

Un « gilet jaune » de 31 ans a été condamné à 30 mois d’emprisonnement, dont 18 avec sursis, ce lundi par le tribunal correctionnel de Toulouse. Cet agent commercial, jugé en comparution immédiate, était poursuivi notamment pour avoir visé avec un laser l’hélicoptère de la gendarmerie, qui survolait la place du Capitole samedi, lors de l’acte 10 du mouvement.

Selon France 3 Occitanie, le trentenaire a expliqué avoir ciblé non pas le poste de pilotage mais le dessous de l’appareil, dans l’« euphorie » du moment. Toulouse a été l’épicentre des manifestations des « gilets jaunes » samedi, avec 10.000 personnes dans les rues selon la préfecture de la Haute-Garonne, un record.

Il a nui à la visibilité du pilote

Pour le tribunal en revanche, l’usage du laser a nui à la visibilité du pilote. Ce dernier, présent à l’audience, a expliqué qu’« au cinquième ou sixième coup de laser, on a décidé de focaliser sur cette personne ». Avec le matériel des forces de l’ordre, ces dernières ont réussi à suivre l’accusé, et à fournir un signalement aux policiers au sol.

L’homme a finalement été interpellé à 21 h 30, après avoir visé avec son laser les motards en civil qui le poursuivaient, ainsi que des policiers armés de lanceurs de balle de défense. Le « gilet jaune » ensuite condamné s’est justifié : il voulait empêcher que d’autres manifestants soient blessés par les tirs des forces de l’ordre.