Brest : Un salarié gravement blessé par la fermeture des portes du tramway, son employeur condamné

JUSTICE L'homme est en arrêt de travail depuis trois ans et souffre de graves séquelles...

C.A.

— 

Un homme a été percuté par un tramway lundi soir à Brest.
Un homme a été percuté par un tramway lundi soir à Brest. — Pascal Rodriguez /SIPA

« Attention, ne mets pas tes mains sur les portes, tu risques de te faire pincer très fort ». Le message de prévention de Serge, le lapin de la RATP, a marqué toute une génération. A Brest (Finistère), un homme a été témoin de la potentielle dangerosité de la fermeture automatique des portes des transports en commun. En 2015, il est resté coincé entre les portes du tramway et souffre de graves séquelles. Keolis, son employeur, vient d’être condamné, rapporte Le Télégramme.

Les faits s’étaient déroulés en février 2015. Un agent de contrôle de Keolis avait vu les portes du tramway se refermer sur lui, coinçant sa tête et son bras. Trois ans après, l’homme souffre de paralysies incomplètes et doit vivre avec des douleurs permanentes. Il est toujours en arrêt de travail.

« La société avait conscience du danger »

L’homme a attaqué son employeur, estimant qu’il connaissait le dysfonctionnement du système de fermeture automatique. Le tribunal des affaires de la sécurité sociale de Brest a été dans son sens. « La société Keolis Brest avait manifestement conscience depuis au moins deux années du danger encouru par les utilisateurs des systèmes d’ouverture du tramway », a estimé la juridiction.

Le groupe Keolis, qui gère le réseau de transport en commun de Brest, devra rembourser les frais médicaux à la Caisse primaire d’assurance maladie et indemniser son salarié. Le montant du préjudice sera évalué en février, précise Le Télégramme.