«Gilets jaunes»: Quinze comparutions immédiates après les manifestations du 22 décembre à Paris

BLOCAGES Sur les 59 personnes, 55 majeures et 4 mineures, placées en garde à vue, samedi, 40 ont été présentées à la justice... 

20 Minutes avec AFP

— 

L'arc de Triomphe, à Paris, a été tagué par des «gilets jaunes» lors de la journée de mobilisation du 1er décembre 2018.
L'arc de Triomphe, à Paris, a été tagué par des «gilets jaunes» lors de la journée de mobilisation du 1er décembre 2018. — Eric Dessons/JDD/SIPA

Interpellées samedi à Paris, lors de « l’acte 6 » de la mobilisation des « gilets jaunes », quinze personnes doivent faire l’objet d’une comparution immédiate au tribunal de grande instance, a indiqué le parquet, ce mercredi.

Sur les 59 personnes, 55 majeures et 4 mineures, placées en garde à vue, 40 ont été présentées à la justice. Toutes les gardes à vues ont été levées. Du côté des majeurs, outre les quinze devant passer en comparution immédiate, dont certaines doivent encore avoir lieu, sept se sont vus notifier une convocation devant le tribunal correctionnel et ont été placés sous contrôle judiciaire. Seize autres ont fait l’objet d’un simple rappel à la loi.

Eric Drouet sera jugé en juin prochain

Parmi les personnes convoquées, Eric Drouet, l’un des initiateurs du mouvement, sera jugé le 5 juin. Porteur d’une sorte de matraque, il avait été interpellé samedi après-midi à Paris. Chez les mineurs, deux personnes ont été déférées : l’une en vue de sa présentation à un juge des enfants, l’autre en vue de sa présentation à un délégué du procureur.

Le sixième samedi de contestation des « gilets jaunes » a été marqué par un nouveau reflux du mouvement initialement lancé pour réclamer une baisse des taxes sur le carburant et une hausse du pouvoir d’achat, mais les manifestations ont encore été émaillées d’incidents. Des policiers ont notamment été pris à partie par des manifestants sur les Champs-Elysées à Paris. Une enquête a été ouverte pour « violences volontaires ».