Attentats de janvier 2015: Le djihadiste Peter Cherif n'a pas été arrêté dans le cadre de l'attaque de «Charlie Hebdo»

TERRORISME Cette figure du djihadisme a été arrêtée le 16 décembre à Djibouti...

T.Ch. avec AFP

— 

Peter Cherif à l'ouverture du procès de la filière des Buttes-Chaumont, le 26 janvier 2011.
Peter Cherif à l'ouverture du procès de la filière des Buttes-Chaumont, le 26 janvier 2011. — BENOIT PEYRUCQ / AFP

Le djihadiste Peter Cherif, proche des frères Kouachi auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, n’est pas visé par un mandat d’arrêt dans cette enquête, a indiqué vendredi une source judiciaire à 20 Minutes.

Cette figure française du djihad, aussi connu sous le pseudonyme d’Abou Hamza, a été arrêtée le 16 décembre à Djibouti mais « il n’est pas, à ce stade, retenu dans le cadre d’une procédure judiciaire française », a précisé cette source.

Faux espoirs pour les victimes

En raison de ses liens avec Cherif et Saïd Kouachi, Peter Cherif a été présenté par certains médias comme un «possible commanditaire» des attentats de janvier 2015, une hypothèse reprise vendredi par la ministre de la Défense Florence Parly. «Ce terroriste a joué un rôle important dans l'organisation de l'attentat contre "Charlie Hebdo"», s'est-elle félicitée vendredi sur RTL.

Du côté des victimes, un avocat appelle à la retenue. «Dire qu'une personne est le commanditaire sans avoir les éléments pour le dire, cela pertube beaucoup les victimes», a réagi Me Antoine Comte, un avocat des parties civiles dans ce dossier. «Il ne faut pas donner de faux espoirs aux victimes» qui comptent beaucoup sur l'identification du ou des commanditaires, a-t-il ajouté.

Un témoignage de valeur

L'enquête sur les attaques de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher qui ont fait 17 morts en janvier 2015 a été close récemment. Le parquet de Paris a annoncé vendredi avoir requis un procès aux assises pour 14 personnes soupçonnées à des degrés divers de soutien logistique. Trois d'entre elles, parties rejoindre faire le djihad la zone irako-syrienne, sont visées par un mandat d'arrêt.

S'il coopère, Peter Cherif, qui est présenté comme un cadre d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), pourrait s'avérer être une source d'informations précieuse pour les services de renseignements occidentaux. Il est notamment dans le viseur des Etats-Unis, qui l'ont inscrit en septembre 2015 sur leur liste noire de «combattants terroristes étrangers». Le parquet de Paris a indiqué suivre « avec attention l’évolution de la situation ».