Grasse: Les courtiers en mutuelle signaient de faux contrats pour obtenir de vraies commissions, une vaste escroquerie jugée

PROCES Cinq personnes sont poursuivies pour «escroquerie en bande organisée» et «pratiques commerciales trompeuses»…

20 Minutes avec AFP

— 

Le palais de justice de Grasse
Le palais de justice de Grasse — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Soupçonnées d’avoir escroqué des milliers de clients souvent âgés en changeant leur mutuelle santé afin d’empocher une commission, cinq personnes sont jugées à Grasse.

Cerveau présumé de cette escroquerie pilotée depuis la Côte d’Azur et la région parisienne, Michael Obadia est poursuivi pour « escroquerie en bande organisée » et « pratiques commerciales trompeuses ». Les parents de cet homme de 38 ans, courtiers détaillants, comparaissent à ses côtés ainsi que deux autres distributeurs et trois sociétés.

Des assureurs et 140 particuliers se sont constitués parties civiles

Tous les prévenus contestent la fraude et ont tenté lundi en vain d’obtenir la nullité de la procédure. « On me reproche 86 réclamations sur un portefeuille de 65.000 contrats, soit 110.000 personnes ! C’est "épsilonique" », s’est défendu à la barre Michael Obadia.

Le prévenu a également rejeté toute responsabilité dans la rédaction des argumentaires commerciaux. Le discours servait à « mettre l’interlocuteur dans l’entonnoir pour l’amener à la signature d’un nouveau contrat », a exposé le président du tribunal.

A la liste fleuve des plus de 140 particuliers partie civile au procès, absents à l’audience, s’ajoutent plusieurs assureurs comme Groupama, la MMA, les Mutuelles du Soleil, Harmonie Mutuelle et L’Equité, une filiale de Generali. « C’était très bien pensé », affirme Me Guillaume Krafft, avocat de cette filiale qui évalue son préjudice à 3,5 millions d’euros. Des milliers de contrats ont été résiliés alors que les commissions étaient déjà versées.