«Gilets jaunes» à Antibes: Huit mois de prison pour des violences «inexcusables» sur les CRS

PROCES Jusque-là inconnu de la justice, l’homme de 42 ans participait à un blocage près d’un péage de l’A8…

F.B.

— 

Des policiers font face à des « gilets jaunes », le 17 novembre, sur l'autoroute A8, près du péage d'Antibes (archives)
Des policiers font face à des « gilets jaunes », le 17 novembre, sur l'autoroute A8, près du péage d'Antibes (archives) — Frederic DIDES/SIPA

« On a ramassé ». Un CRS est venu raconter à la barre la tension et les coups reçus samedi soir près du péage d’Antibes, où les « gilets jaunes » manifestaient. L’un d’eux, un Azuréen de 42 ans jusque-là inconnu de la justice, a été condamné lundi à huit mois de prison ferme pour des violences sur personne dépositaire de l’autorité publique.

« Heureusement que nous étions casqués, en plusieurs années de carrière je n’avais jamais vu un tel acharnement », a témoigné un autre CRS, cité par  Nice-Matin.Les policiers ont essuyé une pluie de projectiles, puis de coups, après avoir sommé les manifestants de dégager l’accès à l’autoroute A8 et l’envoi, finalement, de grenades lacrymogènes.

« Très alcoolisé » au moment des faits

Le quadragénaire est identifié sur les photos et vidéos de la scène, frappant violemment la tête d’un CRS avec un parapluie. « C’est inexcusable surtout envers les forces de police qui sont là pour nous protéger », a-t-il reconnu devant le tribunal correctionnel de Grasse, expliquant selon le quotidien régional, avoir été « très alcoolisé » au moment des faits.

Devant ces « faits d’une lâcheté inexcusable », la procureure a requis 18 mois de prison dont dix avec sursis et mandat de dépôt. Elle a été suivie.