Grenoble: Quatre mois de prison avec sursis requis contre l'étudiant qui avait lancé un «appel à la purge»

PROCES Le jeune homme de 19 ans a plaidé la « mauvaise blague », argument qui n’a pas convaincu le ministère public…

Caroline Girardon

— 

L'entrée du tribunal de Grenoble le 15 octobre 2012
L'entrée du tribunal de Grenoble le 15 octobre 2012 — Jean-Pierre Clatot AFP
  • Quatre mois de prison avec sursis ont été requis contre un étudiant de 19 ans ayant lancé des « appels à la purge » durant la nuit d’Halloween.
  • L’intéressé, dont le casier judiciaire est vierge, a expliqué qu’il avait cherché « à faire le buzz », faisant référence aux films American Nightmare sans penser que cela prendrait de telles proportions.
  • Le parquet a de son côté, estimé qu’il avait « crée un risque réel de dérapage ».

« Il ne s’agit plus d’humour, ni de faire le buzz mais on a bien créé le risque réel d’un dérapage ». Mercredi soir, le ministère public a requis quatre mois de prison avec sursis à l’encontre d’Aissa Benchelef, un étudiant grenoblois de 19 ans, qui avait  lancé plusieurs « appels à la purge » sur les réseaux sociaux pour la nuit d’Halloween. La décision a été mise en délibéré au lundi 10 décembre.

A la barre, le jeune homme aux cheveux frisés, adopte une attitude contrite. Dans un langage clair, il explique qu’il n’a pas su maîtriser la situation. « Ma mère m’a tiré les oreilles pendant plusieurs jours, en me disant que ce n’était pas l’éducation que j’avais reçue ». Oui, il a cherché à « faire le buzz », à « gagner plus d’abonnés » sur Snapchat et Twitter. « Mais tout ça, c’était une mauvaise blague », insiste l’étudiant, titulaire d’un bac ES et dont le casier judiciaire est vierge. Et de rappeler que le 29 octobre, il a publié « une sorte de démenti » pour calmer les esprits avant de se rendre de lui-même au commissariat de police.

Un étudiant en « quête de gloire médiatique »

« Vous avez fait acte de contrition mais vous vous êtes filmé sur le chemin de l’hôtel de police, comme une vedette. Quelle est la logique ? » l’interroge la présidente du tribunal correctionnel, dressant le portrait d’un garçon « en quête de gloire médiatique ». « Aucune, c’était complètement bête, concède-t-il. Je pensais m’adresser à des gens qui avaient les mêmes références que moi sans penser que cela irait aussi loin ».

Les références ? Celles des films American Nightmare dans lesquels le réalisateur James DeMonaco évoque une période de douze heures consécutives, au cours de laquelle toute activité criminelle est permise. L’idée, explique-t-il, lui est venue d’une soirée Halloween où il portait le masque du film. « J’étais le centre d’attention. On m’a dit que c’était trop réaliste ». Il a ensuite « recopié » et posté les « règles édictées » dans les longs-métrages : « sanctionner les policiers en leur tirant dessus », « attaquer toutes les structures de l’Etat ».

« Peut-on rire de tout ? »

Mais la blague a sacrément fait tiquer le ministère public. « Peut-on rire de tout ? Cela dépend des personnes avec lesquelles nous sommes », précise le procureur de la République, évoquant la situation souvent tendue dans les banlieues grenobloises. « Sur les réseaux sociaux, on ne connaît pas ses interlocuteurs. Et quand on n’a pas de filtre et que vos propos ne sont pas modérables, oui, on tombe sous le coup d’un abus. Vous auriez dû avoir conscience du risque, du fait que vos propos incitaient n’importe qui à commettre des infractions », rappelle-t-il. « Vous auriez pu poster une photo de votre masque pour contextualiser votre message, vous ne l’avez pas fait. Alors ceux qui n’ont pas les clés de lecture, que vont-ils comprendre ? », insiste-t-il, évoquant « une négligence fautive ».

Mais pour Ronald Gallo, avocat de l’étudiant, tout est une question de politique. « Qui se cache derrière le ministère public si ce n’est Christophe Castaner », attaque-t-il, rappelant que les policiers ne se sont pas portés partie civile dans l’affaire. « Eux, ils ont compris à qui ils avaient eu affaire ». Et de conclure : « Oui, mon client a sans doute cherché à flatter son narcissisme mais pas à provoquer la violence ».