Procès de Jawad Bendaoud: «Je me suis jamais dit que j’allais héberger des gens qui avaient tué plus de 100 personnes»

TERRORISME Jawad Bendaoud, 32 ans, a assuré mercredi qu'il ignorait l'identité des deux terroristes du 13-Novembre qu'il a hébergé, dans un squat, à Saint-Denis...

Thibaut Chevillard

— 

Le procès en appel de Jawad Bendaoud se tient jusqu'au 21 décembre 2019
Le procès en appel de Jawad Bendaoud se tient jusqu'au 21 décembre 2019 — Thibault Camus/AP/SIPA
  • Jawad Bendaoud a logé deux terroristes du 13-Novembre, à Saint-Denis.
  • Il a toujours prétendu qu’il ignorait leur véritable identité et leurs desseins.
  • Jugé en janvier, il avait été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris.
  • Le parquet ayant fait appel, il comparaît à nouveau et encourt six ans de prison.

13 novembre 2015. Alors que l’équipe de France de football affronte l’Allemagne au stade de France, Jawad Bendaoud se trouve non loin de là, dans une voiture stationnée, avec des amis. La petite bande fume des joints en écoutant la radio Chante France qui passe Les Magnolias de Claude François. Sous l’effet des stupéfiants, ils sortent du véhicule et se mettent à danser. Soudain, au loin, ils entendent « un gros boum ». Deux terroristes viennent d’actionner leur ceinture explosive. « C’est pas un sketch », assure-t-il ce mercredi au président de la chambre 8-2 de la cour d’appel de Paris. « C’est pas le comedy show ou je ne sais pas quoi. C’est la vérité. »

Jawad est jugé, depuis la semaine dernière, pour avoir logé deux des terroristes qui ont ensanglanté la France. Savait-il, quand il a accepté de leur louer un squat à Saint-Denis, qu’il s’agissait d' Abdelhamid Abaaoud et de son complice, Chakib Akrouh ? « A aucun moment, je me suis dit que j’allais héberger des gens qui avaient tué plus de 100 personnes », clame-t-il à la barre. « Pour moi, c’était une location normale, il n’y avait pas de stress. » Jogging rouge, tee-shirt noir, Jawad, très nerveux, se replonge pendant plus de trois heures dans ses souvenirs pour expliquer à la cour comment il est parvenu à se mettre dans cette situation.

« Vous parlez beaucoup mais vous n’êtes pas toujours clair »

Trois jours après que Daesh a frappé la France, le jeune homme reçoit un coup de fil de Mohamed Soumah. L’homme, avec qui il a monté un petit business de cocaïne, lui donne rendez-vous dans son quartier. « Pour moi, c’était par rapport aux stupéfiants », lâche-t-il. Soumah est accompagnée par une jeune femme au « gros nez crochu », qu’il a l’impression d’avoir déjà rencontré dans Saint-Denis. Hasna Aït Boulahcen a besoin de lui pour héberger, dit-elle, ses deux « frères » qui se sont retrouvés à la rue pour une raison obscure. Il accepte de leur louer le squat qu’il s’est approprié, dès le lendemain, pour 150 euros les trois jours.

Plus tard, dans la soirée, Hasna Aït Boulahcen rappelle Jawad. « C’était au sujet des couettes, et uniquement des couettes », jure-t-il, précisant qu’il n’y en avait pas dans le squat. Après ça, il est allé voir Laura K., son ex-compagne. « On a fait des galipettes toute la nuit, jusqu’à 4 heures du matin et après j’ai consommé de la cocaïne », explique-t-il, énervé, au président qui le met, depuis le début de l’audience, face à ses contradictions. « C’est moi qui ai vécu tout ça, vous vous n’y étiez pas », lance-t-il, visiblement agacé. « Vous parlez beaucoup mais vous n’êtes pas toujours très clair », rétorque le magistrat.

« On aurait dit des petits jeunes perdus »

Le lendemain après-midi, Hasna le recontacte. Jawad lui demande de venir, dans la soirée, rue du Corbillon. « J’étais défoncé. J’avais tapé des rails de coke, j’avais calculé qu’il me fallait 5 ou 6 heures pour redescendre. » Le président veut savoir pourquoi, à l’époque, il consommait autant de drogue. « Je n’allais pas bien », raconte-t-il. Jawad avait des problèmes d’argent, ses relations avec sa compagne de l’époque étaient compliquées et une « fille du 91 » venait de lui annoncer qu’elle était enceinte de lui et qu’elle ne voulait pas avorter. Vers 22h30, il retrouve enfin ses clients, casquettes du PSG vissées sur la tête. « On aurait dit des petits jeunes perdus, c’était comme s’ils avaient peur de moi… »

Curieusement, Jawad n’a pas vraiment essayé d’en savoir davantage sur ces intrigants personnages qui ne voulaient que « boire, manger et prier ». Il ne leur a même pas demandé comment ils s’appelaient. « Chez nous, dans les quartiers, la curiosité est un vilain défaut », avance-t-il. « J’ai toujours été comme ça, je ne pose pas de question. » Il promet qu’il n’avait pas reconnu Abaaoud sur le coup. Pourtant, la vidéo le montrant au volant d’un pick-up, traînant des corps quelque part en Syrie, avait beaucoup circulé dans la prison où il avait été incarcéré dans une autre affaire. Ce n’est que le 18 novembre au matin, quand il est placé en garde à vue, que Jawad repense à ces terribles images et « fait le lien ».

« T’as hébergé le croque-mort de Daesh »

« Le policier qui m’a accompagné en cellule m’a dit : "T’es mort, t’as hébergé le croque-mort de Daesh" ». Le président lui fait remarquer que, vers 7 heures ce matin-là, tandis que le Raid prenait d’assaut le squat, il passait un coup de fil à son ex-compagne, enregistré par les policiers. « Tous les mecs de ma rue, hier, ils rigolaient, ils m’ont dit : "T’es un ouf, tu ramènes des mecs de Belgique, deux frères mus" », lui confiait-il alors. Des « mus » ? Des gens assidus dans la pratique de leur religion, traduit-il. Un peu comme les catholiques qui vont à l’église. « C’est comme… frère Jacques. »

Pourquoi ce musulman non pratiquant les appelait-il des « frères » ? « Dans les cités, tout le monde s’appelle frère. C’est comme les bourgeois qui s’appellent sir entre eux. » Le président, étonné, lui répond que cela n’a pas grand-chose à voir. Jawad n’a pas semblé troublé quand Abaaoud lui a indiqué revenir de Belgique. Pourtant, à cette date, le lien entre les terroristes et le Royaume était établi. Mais le jeune homme assure ne pas avoir regardé les médias de tout le week-end. « Pour nous, la Belgique, c’est un endroit où on va pour acheter de la drogue pas chère, pour voir des prostituées », répond-il sérieusement.

« Je vais jouer le rôle d’un trafiquant de stupéfiants »

Dans les décombres du squat, les policiers découvrent deux rouleaux de ruban adhésif ayant servi à confectionner des ceintures explosives. L’ADN de Jawad se trouve dessus. « Le scotch il était chez moi, j’ai dû le prendre pour scotcher un truc ». Les terroristes, ajoute-t-il, ont dû s’en servir également. Avant de clamer :

« Vous me voyez M. le juge toucher un détonateur ? ! Je n’ai jamais vu d’explosif de toute ma vie. »

Depuis qu’il est sorti de prison, Jawad ne fait « rien ». « C’est même pas la peine de chercher » du boulot, souffle le prévenu. « Sur 60 millions de Français, il y en a cinq millions qui veulent me faire la peau. » Pour vivre, il poste des publicités de restaurant sur Snapchat contre 150 euros. « Que des trucs réglos. » Il n’a pas touché un seul euro provenant d’activités illégales. Pourtant, on lui a « proposé des gros trucs » qu’il a refusés. Il est en train d’écrire un livre et va peut-être tourner dans une série. « J’ai été pris comme acteur, je vais jouer le rôle d’un trafiquant de stupéfiants. »

Le procès en appel de Jawad Bendaoud se tient jusqu’au 21 décembre. Il encourt six ans de prison et 45.000 euros d’amende pour « recel de malfaiteur terroriste ». Il répondra ce jeudi aux questions du procureur et des avocats des parties civiles.