Fessenheim: La condamnation d’EDF confirmée en appel pour les fuites d’eau à la centrale

NUCLEAIRE Alors que la fermeture de la centrale de Fessenheim est désormais promise « d’ici 2022 », EDF a vu sa condamnation confirmée en appel ce mercredi pour les fuites d’eau d’un réacteur en 2015…

B.P.
— 
La centrale nucléaire de Fessenheim doit désormais fermer d'ici 2022, sans que la date précise ne soit encore officialisée.
La centrale nucléaire de Fessenheim doit désormais fermer d'ici 2022, sans que la date précise ne soit encore officialisée. — B. Poussard / 20 Minutes.

La condamnation d'EDF a été confirmée. Deux mois après s’être penchée sur l’affaire des fuites d’eau à la centrale de Fessenheim en février 2015, la cour d’appel de Colmar (Haut-Rhin) a rendu son arrêt ce mercredi. Pour les avoir minimisées et mal gérées, l’entreprise a écopé d’une amende, comme en première instance, ainsi que le précisent la Fédération Sortir du nucléaire et L'Alsace.

Pour avoir « exploité une installation nucléaire en violation des règles générales » du Code de l’environnement, et n’avoir pas « mis en œuvre les actions curatives, préventives et correctives appropriées » après l’incident, EDF a été de nouveau jugée coupable. Elle devra verser 7.000 euros d’amende, et 2.500 euros de dommages et intérêts pour trois associations parties civiles (et 2.000 de frais de dossier).


La date de fermeture de la centrale d’ici 2022 pas encore actée

A l’origine d’une plainte, cinq associations avaient estimé la première fuite à « plus de 100 m3 d’eau […] dans la salle des machines ». Avant une seconde plusieurs jours après, lors du redémarrage. Ces événements ont ainsi nécessité l’arrêt du réacteur numéro 1. Des mois plus tard, l’Autorité de sûreté nucléaire a justement évoqué « un manque de rigueur d’EDF. »

« Ces fuites en série étaient la conséquence directe du vieillissement et du mauvais entretien des installations, réagit ce mercredi la Fédération Sortir du nucléaire. Il n’existe qu’une solution : arrêter définitivement cette centrale en fin de vie, située en zone sismique et inondable, sans attendre 2020 ni 2022 ! » Initialement prévue pour 2018 puis 2019, la fermeture est désormais promise «d'ici 2022».