Meurtre d'Alexia Daval: Son mari Jonathann de nouveau interrogé par le juge et confronté aux parties civiles début décembre

ENQUETE Les confrontations l’opposeront d’une part aux parents d’Alexia, et d’autre part à son beau-frère Grégory Gay et à son épouse Stéphanie, sœur d’Alexia...

20 Minutes avec AFP

— 

Jonathann Daval, le 2 novembre 2017, lors d'une conférence de presse aux côtés de la famille d'Alexia
Jonathann Daval, le 2 novembre 2017, lors d'une conférence de presse aux côtés de la famille d'Alexia — SEBASTIEN BOZON / AFP

Plus d’un an après le meurtre de la joggeuse de 29 ans, le principal suspect, qui n’est autre que son mari, Jonathann Daval, va être confronté le 7 décembre avec les parties civiles, et sera le 29 novembre, entendu une seconde fois depuis son incarcération en janvier sur le fond de l’affaire par le magistrat instructeur du tribunal de Besançon.

Quant aux deux confrontations, elles l’opposeront d’une part aux parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, et d’autre part à son beau-frère Grégory Gay et à son épouse Stéphanie, sœur d’Alexia, a-t-on précisé de mêmes sources. Les parties civiles avaient réclamé ces confrontations lorsque Jonathann Daval, qui s’était d’abord accusé du meurtre, avait accusé en juin son beau-frère d’en être l’auteur, évoquant un « pacte secret » de la famille pour en taire les circonstances.

Pas de reconstitution pour l’instant

En revanche, le principal suspect s’il a accepté le principe de confrontations avec les parties civiles, comme l’a rappelé son avocat Me Randall Schwerdorffer, ce lundi soir, « refuse en l’état toute participation à une quelconque reconstitution puisqu’il conteste les faits ». L’informaticien de 34 ans envisage le 7 décembre « sereinement et n’a rien manifesté de particulier » à cet égard récemment, a précisé son avocat qui « attend de voir comment les confrontations vont se passer ».

Jonathann Daval avait signalé la « disparition » de son épouse Alexia, censée ne pas être rentrée d’un jogging, le 28 octobre 2017. Deux jours plus tard, le corps partiellement calciné de la jeune femme était retrouvé dans un bois, non loin de Gray-la-Ville (Haute-Saône), où résidait le jeune couple. Pendant trois mois, l’informaticien s’était présenté en veuf éploré avant que les enquêteurs ne l’arrêtent, estimant avoir réuni des « éléments accablants » à son encontre.

Interpellé fin janvier, il avait avoué avoir étranglé son épouse au cours d’une dispute avant d’être mis en examen pour « meurtre sur conjoint ». Jonathann Daval qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité, est incarcéré à la maison d’arrêt de Dijon.