Nord : Quinze ans de prison pour avoir tué son bébé qui l’empêchait de se concentrer sur sa console de jeux

PROCES Un jeune homme de Denain a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir frappé à mort son nourrisson qui pleurait alors que lui jouait à la Playstation…

Gilles Durand
— 
Illustration de la balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration)
Illustration de la balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration) — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Il était accusé d'avoir battu à mort son bébé de six mois. Raphaël Gamez a été condamné, ce mercredi, à 15 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Nord, à Douai, a-t-on appris de source judiciaire. Cette peine a été accompagnée d’un suivi socio-judiciaire pendant trois ans.

Le jeune homme de 28 ans avait frappé l’enfant, baptisé Djason, en janvier 2016, à Denain, dans le Nord, pour « qu’il arrête de pleurer » pendant qu’il jouait à la console.

Une histoire de chien

Lorsque la mère de Djason était rentrée à son domicile vers minuit, après être partie chercher des cigarettes, elle avait trouvé son enfant inanimé. Son compagnon a d’abord inventé une histoire : c’est le chien, un Jack Russel, qui aurait sauté sur le bébé au niveau du thorax et l’aurait écrasé.

Placé en face de ses contradictions par les enquêteurs, il a finalement avoué, en garde à vue, être l’auteur des coups ayant entraîné la mort du bébé.

« Il jouait depuis des heures à la console »

« Il reconnaissait aussi s’être violemment disputé avec sa compagne plus tôt dans la soirée, car elle avait à deux reprises, pour tenter de lui faire entendre raison, débranché la console à laquelle il jouait depuis des heures, ce qui l’avait particulièrement énervé », raconte l’association La Voix de l'Enfant qui s’était porté partie civile dans ce dossier.

Le jury est allé au-delà des réquisitions de l’avocat général qui avait demandé une peine de douze ans.