Meurtre d'Alexia Daval: La nouvelle demande de remise en liberté de Jonathann Daval rejetée

ENQUETE Formulée début octobre, la demande de remise en liberté de Jonathann Daval a été rejetée par la cour d'appel du tribunal de Besançon, confirmant ce mardi la décision prise en première instance...

B.P. avec AFP

— 

Jonathann Daval aux côtés des parents d'Alexia, le 5 novembre dernier
Jonathann Daval aux côtés des parents d'Alexia, le 5 novembre dernier — Sebastien Bozon / AFP
  • Après le refus de la demande de remise en liberté de Jonathann Daval, suspecté du meurtre de sa compagne, la cour d’appel a confirmé la décision.
  • Ce mardi matin, le suspect a encore été entendu par les juges du Doubs, par visioconférence depuis la maison d’arrêt de Dijon (Côte-d’Or).

La demande de remise en liberté a été déposée début octobre. Rejetée quelques jours plus tard par le juge des libertés et de la détention du tribunal de Besançon (Doubs), elle a entraîné un recours déposé par l’avocat de Jonathann Daval. Finalement, la cour d’appel a rejeté à son tour la demande du principal suspect du meurtre d'Alexia Daval ce mardi.

Ouverte peu après 9 heures en présence de nombreux médias avant qu’un huis clos ne soit réclamé - et appliqué -, l’audience a duré une heure et demie selon l’AFP. Par visio-conférence depuis la maison d’arrêt de Dijon (Côte-d’Or), Jonathann Daval s’est exprimé devant les parties civiles, les parents d'Alexia Daval, sa sœur et le compagnon de cette dernière.

En attendant une confrontation avec les époux Gay

Selon France Bleu et L'Est Républicain, le maintien en détention a aussi été retenu par les juges de la cour d’appel, très exactement un an après la découverte du corps calciné d’Alexia Daval. En suivant les réquisitions de l’avocat général, ils ont eux aussi estimé que pour le bien de l’instruction de l’affaire, le suspect devait pendant ce temps, rester en prison.

Dans la foulée de la formulation de la demande de remise en liberté de Jonathann Daval au début du mois, Stéphanie Gay, la sœur d’Alexia Daval, et son mari Grégory Gay, accusé par l’informaticien de 34 ans, ont contre-attaqué. Après avoir  demandé une confrontation, ils ont, eux, obtenu gain de cause. Mais aucune date n’a, pour l’heure, été avancée.

Des aveux en janvier, un retour en arrière en juillet

Le 28 octobre 2017, Jonathann Daval avait signalé la disparition d’Alexia, sa femme de 29 ans, inquiet de ne pas la voir revenir d’un prétendu footing. Le corps de la jeune femme avait été découvert, en partie brûlé, dans un bois, près de Gray-la-Ville (Haute-Saône) où vivait le couple. L’autopsie avait révélé qu’elle avait été victime de violences avant d’être étranglée.

Pendant trois mois, Jonathann Daval s’est ensuite présenté en veuf éploré avant que les enquêteurs n’en fassent le principal suspect. Mis en examen fin janvier, il avait affirmé qu’il l’avait étranglée en tentant de la « maîtriser ». Avant de revenir sur ses aveux en juillet et d’accuser son beau-frère, Grégory Gay, évoquant « un pacte secret » passé par la famille.