Marne: Un couple poursuivi pour fausses accusations de pédophilie contre un prêtre

CALOMNIE L’enquête ouverte pour agressions sexuelles, confiée à la brigade des recherches de la gendarmerie d’Epernay, a été close le 15 octobre et classée sans suite…

20 Minutes avec AFP
— 
Une balance de la justice (image d'illustration).
Une balance de la justice (image d'illustration). — Philippe HUGUEN / AFP

Un couple devra répondre de dénonciation calomnieuse devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne. Un homme et une femme sont soupçonnés d’avoir faussement accusé, au printemps, un prêtre du diocèse d’attouchements sur plusieurs jeunes garçons, a annoncé ce lundi le parquet de la ville.

Le parquet « engage des poursuites pour dénonciation calomnieuse à l’encontre du couple ayant procédé à des accusations de pédophilie à l’encontre du prêtre responsable du Foyer de charité de Baye », a indiqué Eric Virbel, procureur de Châlons-en-Champagne. Ce château accueille des retraites spirituelles dans la Marne.

La victime a démenti les faits

Le 25 mars, le procureur avait reçu la lettre d’un couple proche du foyer dénonçant les agissements du prêtre, accusé d’avoir commis des « attouchements sur des jeunes garçons issus de quatre familles », a-t-il retracé. Le responsable national de l’association des foyers de charité, l’évêque du diocèse de Châlons-en-Champagne, la conférence des évêques de France ainsi que diverses associations de lutte contre les dérives et la pédophilie dans l’Eglise catholique avaient été, à leur tour, alertés sur ces actes présumés.

Or, l’enquête ouverte pour agressions sexuelles et confiée à la brigade des recherches de la gendarmerie d’Epernay dans la Marne a été close le 15 octobre et classée sans suite. Elle n’a pas permis « de retrouver le moindre élément venant confirmer les accusations », a indiqué le parquet. « La seule présumée victime que les accusateurs avaient nommée a démenti » les faits, a-t-il précisé. Le parquet a, en revanche, décidé d’engager des poursuites à l’encontre du couple pour dénonciation calomnieuse. Les deux mis en cause comparaîtront le 27 février prochain.