Rassemblement national: Les députés Steeve Briois et Sophie Montel privés de leur immunité parlementaire

JUSTICE Le député européen et maire RN d’Hénin-Beaumont est mis en cause dans une affaire de « provocation à la discrimination »…

M.L. avec AFP
— 
Le maire (FN) d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois.
Le maire (FN) d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois. — M.Libert / Archives 20 Minutes

Mercredi, le Parlement européen a voté la levée des immunités parlementaires des eurodéputés français du Rassemblement national (RN, ex-FN) Steeve Briois et Sophie Montel. Tous deux sont visés par une enquête pour « provocation à la discrimination ».

Les noms des deux eurodéputés apparaissent dans une enquête menée par un juge d’instruction de Nanterre à la suite d’une plainte contre « X », déposée en mai 2014 par l’association La Maison des Potes.

Un guide pour les élus FN en cause

C’est le « Petit guide pratique de l’élu municipal Front national », qui était montré du doigt par l’association. Elle estimait en effet qu’il incitait les élus FN à « mettre en place la discrimination dans l’accès au logement social en réservant la priorité » aux Français.

Dans ce guide, édité avant les municipales 2014 et rédigé par le secrétariat national aux élus, le FN exhortait ses futurs élus à « réclamer l’application des nombreux points du programme Front National ». Parmi ces points figurait la « priorité nationale dans l’accès aux logements sociaux ».

Ce « guide » avait été préfacé par Steeve Briois, alors secrétaire général et actuel maire d’Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Sophie Montel, elle, était chargée de la coordination des élus au sein du secrétariat général.

Dans une vidéo postée sur Twitter, Steeve Briois qualifie La maison des potes « d’association politisée d’extrême gauche » et dénonce « la partialité d’un système judiciaire aux ordres du pouvoir politique ». Il fait aussi un parallèle entre son cas et les perquisitions menées au Siège de la France insoumise.