Souleymane Diawara a passé deux mois et demi en prison dans cette affaire.
Souleymane Diawara a passé deux mois et demi en prison dans cette affaire. — K. Villalonga / SIPA

JUSTICE

Affaire Souleymane Diawara: Le procès sera probablement renvoyé, une déception pour l'ancien joueur de l'OM

L'avocat d'un des prévenus demande le renvoi de l'audience : malade, il n'est pas en état de comparaître, estiment ses conseils...

  • L'ancien footballeur de l'OM Souleymane Diawara devait être jugé ce jeudi matin pour complicité d'extorsion.
  • Diawara, désormais dirigeant de l'Athlético Marseille (National 2), avait «hâte de tourner définitivement la page»... Mais le procès risque d'être renvoyé. 

Son avocate Keren Saffar est agacée. « Il va attendre. C’est tout. C’est comme ça, c’est la justice. » Souleymane Diawara risque de se morfondre encore quelque temps, effectivement, avant un procès qu’il attend avec impatience. Le sien. « C’est la dernière étape, le jugement final. M. Diawara a envie de tourner définitivement la page de cette histoire », dit encore Me Saffar.

Ça ne sera pas pour cette fois : il est très probable que le procès, qui devait se tenir ce jeudi matin au tribunal de Digne-les-Bains​, soit renvoyé. Un des prévenus, malade, n’est pas en état de comparaître. Son avocat, Julien Pinelli, assure que Salim Challal « est très atteint dans ses fonctions physiques et psychologiques. »

« Ça va être explosif »

Il a été victime d’un très grave accident en août 2016, « puis d’une infection nosocomiale après son hospitalisation », poursuit son avocat. Et il est peu probable que le tribunal choisisse de juger les cinq autres prévenus seuls : Salim Challal joue un rôle déterminant dans l’affaire.

Ce jeune homme, un ami de Souleymane Diawara, fait partie de « l’équipe » de cinq « gros bras » qui se sont rendus le 19 mars 2015 à Reillanne, dans les Alpes-de-Haute-Provence, au domicile d’un vendeur de voiture de luxe, Adriano B. Leur projet ? Impressionner le concessionnaire peu scrupuleux et ainsi régler un contentieux vieux de plusieurs années entre cet homme et le défenseur central, qui évolue alors à l’OGC Nice.

Quelques années plus tôt, Adriano B. avait encaissé un chèque de 50.000 euros pour une Range Rover qu’il n’a jamais livré. Avant de proposer, pour 10.000 euros supplémentaires, une Porsche… volée et replaquée.

« Souleymane Diawara a déposé plainte contre ce monsieur pour escroquerie, mais le procureur d’Aix-en-Provence a décidé de ne pas joindre ces deux dossiers », regrette Keren Saffar, qui assure que son client « a toujours été constant dans ses déclarations. » Il a ainsi reconnu qu’il était bien sur haut-parleur, pendant que son frère et les quatre larrons « discutaient » (selon eux) ou « bousculaient » (selon lui) Adriano B. Son avocate, Sabrina Hachouf, n’a pas répondu à nos sollicitations sur cette affaire.

Mais selon un proche du dossier, Adriano B. est plutôt soulagé que l’audience soit reportée : « Lors de la confrontation, c’était très tendu entre eux. S’ils comparaissent tous ensemble, ça va être explosif ! » Ce sera peut-être le cas... Mais dans quelques mois.