Avalanche mortelle aux 2 Alpes: Le professeur qui encadrait les lycéens lors du drame jugé mardi à Grenoble

PROCES L’enseignant doit comparaître ce 23 octobre devant le tribunal correctionnel de Grenoble (Isère) pour « homicides involontaires » après la mort de deux lycéens lyonnais, tués en 2016 dans une avalanche…

Elisa Frisullo
— 
Un hélicoptère de recherches dans la station des Deux-Alpes (Isère)
Un hélicoptère de recherches dans la station des Deux-Alpes (Isère) — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
  • Le 13 janvier 2016, Léo et Thelma, deux lycéens lyonnais, et un touriste ukrainien étaient tués dans une avalanche aux 2 Alpes, en Isère.
  • Le professeur qui encadrait les élèves ce jour-là sera jugé mardi pour «homicides involontaires».
  • La piste sur laquelle a eu lieu la coulée mortelle était interdite au public et le risque d’avalanche était élevé.

Ce 13 janvier 2016 est resté ancré dans les mémoires à la Croix-Rousse et au lycée Saint-Exupéry, à Lyon, où étaient scolarisées les jeunes victimes. Deux ans et demi après l’avalanche aux Deux-Alpes (Isère) qui a coûté la vie à Léo et Thelma, deux lycéens de 16 ans, et à un vacancier ukrainien, l’enseignant qui encadrait les élèves doit comparaître ce mardi devant le tribunal correctionnel de Grenoble.

Ce professeur d’EPS de 49 ans, blessé dans la coulée de neige mortelle puis mis en examen quelques jours après l’accident, devra répondre des faits d'« homicides involontaires ». La justice lui reproche d’avoir accompagné ce jour-là dix de ses élèves sur une piste fermée, donc non sécurisée, alors que le risque d’avalanche était élevé.

Le professeur est poursuivi pour « maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité ». Car cet après-midi-là, pour se rendre sur la piste noire de Bellecombe, interdite au public en raison de l’insuffisance de neige, le groupe, en classe de neige dans la station, avait franchi un filet de sécurité bloquant l’accès.





Des témoignages attendus

A la barre mardi, les témoignages des élèves présents lors du drame devraient éclairer sur le rôle joué par l’enseignant ce jour-là. Ils pourraient également se révéler accablants pour ce quadragénaire, décrit par plusieurs lycéens comme un prof « qui ne disait jamais rien, qui était trop gentil ».

Pour les familles et les amis de Thelma et Léo, qui s’apprêtent à revivre mardi l’enfer de ce 13 janvier, ce procès sera l’occasion d’entendre pour la première fois les explications du professeur.