VIDEO. Rennes: Solidaires 35 devra payer 6.658 euros pour les dégradations salle de la Cité

JUSTICE La salle avait été occupée au printemps 2016 par des opposants à la loi Travail...

Jérôme Gicquel

— 

La salle de la Cité lors de son occupation au printemps 2016.
La salle de la Cité lors de son occupation au printemps 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • La salle avait été occupée au printemps 2016 par des opposants à la loi Travail.
  • La ville de Rennes réclamait 46.345 euros au syndicat Solidaires 35 pour la remise en état des lieux.
  • Lors de l’audience le 19 septembre, le rapporteur public avait abaissé la facture à hauteur de 24.415 euros.

La décision du tribunal administratif de Rennes est tombée en début de semaine. Le syndicat Solidaires 35 devra régler 6.658 euros à la ville pour la remise en état de la salle de la Cité. Au printemps 2016, l’ancienne salle de concerts, rebaptisée « maison du peuple », avait été occupée par des opposants à la loi Travail.

Après avoir demandé son évacuation, la mairie avait finalement accepté l’occupation temporaire des lieux à la faveur d’une convention signée avec le syndicat, qui s’était porté garant. Le 13 mai au petit matin, la salle de la Cité avait finalement été évacuée par les équipes du Raid en raison d’un risque de débordements. Après avoir porté plainte pour occupation illégale des lieux, la ville avait chiffré les dégâts à 46.345 euros et adressé la facture à Solidaires 35. Le syndicat avait alors déposé un recours et porté l’affaire devant la justice.

Le syndicat «plutôt satisfait» de la décision

Lors de l’audience, qui s’est tenue le 19 septembre, le rapporteur public avait allégé la note à hauteur de 24.415 euros, estimant que toutes les dégradations n’étaient pas imputables qu’au seul syndicat. Les juges ont encore été plus cléments avec Solidaires 35 qui devra s’acquitter d’une facture de 6.658 euros. Une somme qui correspond notamment aux frais engagés pour l’évacuation des ordures ainsi qu’à la dégradation d’un vidéoprojecteur, de câblages et de fauteuils.

Contacté, Gérard Huré, secrétaire départemental de Solidaires 35, s’est dit «plutôt satisfait» de la décision de justice. Le syndicat décidera ce jeudi soir lors d’une réunion interne s’il fait appel ou non de la décision. «Les avis sont partagés sur la question», indique Gérard Huré, qui souhaite de son côté «passer à autre chose».

La ville de Rennes estime de son côté que la justice lui «a donné raison», regrettant cependant que «pour des raisons techniques, le tribunal n’ait pas retenu l’ensemble des factures couvrant les dégradations commises en mai 2016».