Saône-et-Loire: La justice relaxe la SNCF pour la mort d'un homme tombé d'un train à Tournus

DRAME Le procureur de la République avait requis 30.000 euros d’amende, invoquant notamment un temps d’arrêt en gare trop court…

20 Minutes avec AFP

— 

(Photo d'illustration) L'homme avait voulu descendre d'un train  qui avait redémarré après un arrêt en gare.
(Photo d'illustration) L'homme avait voulu descendre d'un train qui avait redémarré après un arrêt en gare. — Xavier Malafosse/SIPA

La SNCF n’a pas commis de faute. Le tribunal correctionnel de Mâcon a relaxé mercredi l’entreprise ferroviaire, poursuivie pour homicide involontaire après le décès d’un homme tombé d’un train en gare de Tournus (Saône-et-Loire) le 23 décembre 2011, a-t-on appris auprès de l’avocat de l’entreprise.

La victime, âgée de 31 ans, avait cherché à descendre du train à la suite de son épouse qui voyageait avec lui et se trouvait déjà sur le quai. Mais le train avait redémarré et l’homme était tombé sur le ballast une centaine de mètres plus loin.

« Un événement dramatique »

Le tribunal « a considéré qu’il n’y avait aucun lien entre le décès du voyageur et une faute de la SNCF », a indiqué Me Philippe Valent, précisant que « l’ensemble des normes imposées à la SNCF ont été respectées ». La SNCF déplore que « certains usagers se mettent en danger », selon le conseil, qui ajoute que la décision est « un soulagement pour le personnel qui œuvre à la sécurité tous les jours » mais « ne peut pas être une satisfaction » car elle fait suite à un « événement dramatique ».

Le procureur de la République​ avait requis 30.000 euros d’amende, invoquant notamment un temps d’arrêt en gare trop court, un argument rejeté par l’entreprise, qui mettait en cause la volonté du passager de descendre après le départ du train.