Procès du père incestueux: «Il voulait faire mon éducation pour ne pas être nunuche avec les garçons», témoigne l'une de ses filles

VIOL Un père de famille est jugé devant la cour d'assises du Rhône pour avoir abusé de ses deux filles pendant dix ans...

Caroline Girardon

— 

Lyon, le 24 février 2016
Illustrations de la Cour d'Assies du Rhône et de l'ancien Palais de justice de Lyon.
Lyon, le 24 février 2016 Illustrations de la Cour d'Assies du Rhône et de l'ancien Palais de justice de Lyon. —
  • Un père de famille est jugé jusqu’à jeudi devant les Assises du Rhône pour le viol de ses deux filles.
  • Les deux victimes ont témoigné mardi de leur calvaire pendant plus de deux heures.
  • Elles ont souhaité que les débats soient publics pour briser l’omerta de l’inceste et inciter d’autres victimes à parler.

« Il nous a tout fait ». Une phrase ne mentionnant aucun détail mais qui en dit pourtant long. Pendant plus de deux heures, Lucie et Sandra (1), âgées respectivement de 23 et 21 ans ont raconté l’inénarrable, mardi après-midi devant les assises du Rhône. Le procès aurait dû se tenir à huis clos mais les deux victimes ont souhaité que les débats soient publics  afin de témoigner ouvertement de leur calvaire. Deux heures pour résumer dix ans de sévices sexuels et de viols imposés par leur père.

Sur le banc des accusés, l’ambulancier, les bras musclés et tatoués, lève les yeux au ciel, plisse le front d’un air étonné ou soupire « c’est faux » à l’oreille de son avocate. S’il admet fellations, masturbations et caresses, il nie en revanche toute pénétration.

« Cette chose qui m’a créée »

« Pourquoi ne dit-il pas la vérité ? Au moins pour que l’on essaie d’avancer, de survivre à défaut de vivre », sanglote Sandra. La jeune femme avoue être « complètement perdue ». « Je fais n’importe quoi », confesse-t-elle en pleurs, avouant se scarifier les bras et les jambes. « Je n’arrive pas à m’arrêter. J’ai envie de disparaître. On m’a tellement dit que je lui ressemblais physiquement ».

Son cauchemar a débuté en 2002 (date que conteste l’accusé) lorsqu’elle avait 5 ans. Ce jour-là, son « géniteur », « cette chose qui l’a créée » lui demande de monter dans sa chambre avec sa sœur, pour que cette dernière lui montre ce qu’elle a l’habitude de faire, et qu’elle s’exécute à son tour dans le lit parental. Des pratiques bien rodées auxquelles l’aînée est déjà contrainte depuis deux ans. Parfois, son père lui fait visionner des films pornographiques en guise de guide pratique. « Dès que je rentrais de l’école, je savais ce qui m’attendait. Il me disait « ce soir, tu vas me faire plaisir », témoigne douloureusement Lucie. Ses jambes tremblent. On lui apporte une chaise.

« Il me disait qu’il voulait être le premier »

« Il me disait qu’il voulait être le premier et que c’était normal de faire mon éducation. Histoire de ne pas être nunuche avec un garçon ». Un scénario qui se répète « deux à trois fois par semaine ». A l’époque, elle n’en parle à personne. Seulement à sa cadette. « A nos âges, on ne pensait pas au sexe. On ne savait pas ce que c’était. C’est bien plus tard que j’ai compris ce qu’il me faisait », appuie cette dernière, se souvenant de l' « atroce douleur qui la transperçait ».

« J’avais trop honte. Je pensais que maman ne me croirait pas ou qu’elle ne m’aimerait plus. En tout cas, c’est ce qu’il voulait me faire croire », enchaîne Lucie. Du chantage psychologique en somme. Surtout à l’égard de Sandra, l' « enfant rebelle ». Une gâterie contre la promesse de récupérer ses peluches confisquées la veille ou le matin même. Du chantage affectif également. « Une fois, il m’a montré une corde dans la cave en disant qu’il allait se pendre », détaille la cadette. A chaque fois les mêmes menaces de suicide si les fillettes brisent l’omerta.

« Je n’ai pas su protéger mes enfants »

A la barre, la mère, qui s’est constituée partie civile, laisse échapper sa souffrance et sa culpabilité, de n'« avoir jamais rien vu ». « Je n’ai pas su protéger mes enfants, je n’ai pas su les écouter ni les entendre », martèle-t-elle dressant le portrait d’un mari violent, « addict au sexe », lui imposant plusieurs rapports par jour. Un époux jaloux qui ne supportait pas que sa femme refuse les ébats conjugaux. Elle l’a connu à 16 ans. Lui était déjà marié et plus âgé qu’elle.

« J’ai été happée dans cette relation d’emprise », se justifie-t-elle. Pas de relation sociale, pas d’amis, hormis quelques relations dans la communauté des Témoins de Jéhovah, qu’elle fréquentait à l’époque. « Il parlait de l’amour qu’il avait pour ses enfants. Je savais qu’il était intéressé par les femmes, je le voyais se montrer. Mais jamais, je n’ai pensé qu’il aurait pu toucher des enfants… Nos enfants ».

Elle pense partir mais elle « a peur ». « A l’extérieur, il était un homme sympathique, souriant, serviable. On faisait tous bonne figure. On donnait l’image d’une famille parfaite. Personne n’aurait compris », ajoute-t-elle. Il faudra attendre 2011 pour qu’elle divorce et que les sévices cessent. Et 2012 pour que Sandra écrive une lettre dans laquelle elle déballe tout, qu’une tierce personne trouvera dans son sac.

« Il a volé mon enfance et mon futur »

Depuis, les deux victimes tentent de se reconstruire difficilement. « Il a volé mon enfance et même mon futur », pleure Lucie. La jeune femme avoue être en proie régulièrement aux crises de panique et a été longtemps « répugnée par les hommes », surtout « ceux de 40 ans ». Elle ne parvient toujours pas à passer des entretiens d’embauche lorsqu’elle sait qu’elle va se retrouver seule avec une personne de sexe masculin.

Sandra a laissé tomber la coiffure pour s’engager dans l’armée et quitter la région. Un défi pour se prouver qu’elle n’a « rien à craindre dans un milieu d’hommes ». « Je ne sais pas quoi faire d’autre de ma vie », glisse-t-elle. Elle a enchaîné quelques relations sans lendemain « pour se laver ou peut-être se rajouter encore plus de crasse ». « C’est comme si mon cerveau buguait quand je me mets avec quelqu’un. J’ai l’impression de devenir folle », confesse-t-elle.

Leur « géniteur » doit être entendu ce mercredi sur les faits qui lui sont reprochés, notamment ceux qu’il conteste. Le verdict est attendu jeudi.

(1) Les prénoms ont été modifiés