Procès Pastor: Pascal Dauriac seul «dans la repentance», son avocat plaide pour une peine «individualisée»

ASSISES Dix personnes, dont l’ex-coach sportif du gendre d’Hélène Pastor, sont jugées depuis plus de quatre semaines pour l’assassinat de la riche Monégasque…

F.Bi. avec AFP

— 

L'entraîneur sportif Pascal Dauriac à son arrivée au palais de justice le 2 février 2015 à Marseille
L'entraîneur sportif Pascal Dauriac à son arrivée au palais de justice le 2 février 2015 à Marseille — BORIS HORVAT AFP
  • Dix personnes, dont l’ex-coach sportif du gendre d’Hélène Pastor, sont jugées jusqu’à vendredi pour l’assassinat de la riche Monégasque…
  • Pascal Dauriac «évidemment coupable» d'avoir organisé le meurtre mais seul «dans la repentance», son avocat a été démandé aux jurés «d'individualiser» sa peine.
  • Le verdict est attendu vendredi.

Les plaidoiries de la défense ont commencé lundi. Et du côté de Pascal Dauriac, l’organisateur présumé du guet-apens mortel contre la milliardaire Hélène Pastor et son chauffeur, en mai 2014, à Nice, il a été demandé aux jurés « d’individualiser » sa peine. L’ex-coach sportif de Wojciech Janowski étant « dans la repentance », selon son avocat.

« Il sait que le pardon ne lui sera pas accordé », a déclaré Me Jean-Robert Nguyen Phung devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône. Mais il est le seul des dix accusés à reconnaître son rôle dans ce double assassinat, a fait valoir le conseil.

Vendredi, l’avocat général Pierre Cortès avait requis 30 ans de réclusion criminelle à l’encontre de l’ancien entraîneur du gendre d’Hélène Pastor, accusé lui d'avoir commandité ces crimes. Les jurés ne doivent « pas faire de la justice un logiciel automatisé », a insisté l’avocat, soulignant les « facultés de réinsertion » de son client.

« Evidemment coupable » mais pas le seul organisateur

« Pascal Dauriac n’est pas une victime. Ce n’est pas le bon parmi les méchants, pas l’agneau égaré au milieu des loups. Pascal Dauriac a chassé en meute avec eux », a dit l’avocat, affirmant que son client « est évidemment coupable » de complicité d’assassinat, car « il a transmis les ordres, le lieu, la date à laquelle les commettre, fait des repérages ».

Mais l’avocat a récusé la thèse, avancée par Wojciech Janowski, accusant l’ex-coach sportif d’être le seul organisateur du double meurtre : « Le projet criminel ne peut avoir au sommet Pascal Dauriac », un garçon « gentil », «qui ne veut pas dire non, ne veut pas déplaire», à son employeur, « un des hommes les plus charismatiques et les plus riches de Monaco », qui s’intéressait « au misérable vermisseau » qu’il était.

Un double « endoctrinement »

Me Jean-Robert Nguyen Phung a longuement développé « l’endoctrinement » de l’un par l’autre, surtout à partir de 2012, année « charnière » pour Janowski, en grande difficulté financière et inquiet du cancer de Sylvia, sa compagne, fille d’Hélène Pastor, qui avait refusé par deux fois de l’épouser et ne l’avait pas mis sur son testament.

Hélène Pastor, 77 ans, héritière d’un empire immobilier monégasque, et son chauffeur Mohamed Darwich, 63 ans, avaient été mortellement blessés par balle, le 6 mai 2014. Dix personnes sont jugées devant les assises pour leur participation, à des degrés divers, à ce double assassinat. Le verdict est attendu ce mercredi soir.