Soupçons d'emplois fictifs: Les juges aggravent la mise en examen de Marine Le Pen

TRIBUNAL La présidente du Rasemblement national était convoquée ce vendredi chez les juges, dans l'affaire des assistants présumés fictifs de son parti au Parlement européen...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen en Italie, le 8 octobre 2018.
Marine Le Pen en Italie, le 8 octobre 2018. — SIPA

es juges ont aggravé la mise en examen de la présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen, requalifiée pour « détournements de fonds publics ». La présidente du Rassemblement national (ex-FN) Marine Le Pen était convoquée ce vendredi au tribunal de Paris pour être interrogée par les juges dans l’affaire des assistants présumés fictifs du parti au Parlement européen, qui lui a valu une mise en examen en juin 2017.

Arrivée dans la matinée au tribunal, Marine Le Pen doit être réentendue par les juges d’instruction qui l’ont mise en examen pour « abus de confiance » et « complicité d’abus de confiance », des faits qu’elle conteste formellement. Au cours de cette nouvelle audition, elle n’a pas répondu aux questions, arguant qu’elle attendait une décision sur un recours devant la cour de cassation.