Procès Pastor: Un «très grand nombre de preuves» accablent les accusés selon l'avocat général

JUSTICE Wojciech Janowski, 69 ans, aurait commandité l’assassinat par crainte de voir échapper une part d’héritage de sa belle-mère, Hélène Pastor. Il nie être l’investigateur du crime…

M.F. avec AFP

— 

Des dossiers du procès Pastor
Des dossiers du procès Pastor — BORIS HORVAT / AFP
  • « Les zones d’ombre sont pratiquement inexistantes », selon l’avocat général.
  • « Il y a quelqu’un en haut qui décide, d’autres plus bas qui font les intermédiaires, et d’autres encore qui exécutent », a-t-il aussi déclaré.

Pour l’avocat général, les choses sont claires. Un « très grand nombre de preuves » accablent les accusés de l’assassinat de la milliardaire monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur, dont le commanditaire présumé du guet-apens, son gendre Wojciech Janowski, a-t-il lancé en entamant son réquisitoire jeudi.

Hélène Pastor, 77 ans, héritière d’un empire immobilier monégasque, et son chauffeur Mohamed Darwich, 63 ans, avaient été mortellement blessés par balles, le 6 mai 2014, devant un hôpital à Nice. Dix personnes comparaissent depuis trois semaines devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône dans ce dossier, dont le gendre de la richissime héritière, Wojciech Janowski, 69 ans, qui aurait commandité l’assassinat par crainte de voir échapper une part d’héritage, et son coach sportif, Pascal Dauriac, 49 ans, qui aurait orchestré sa réalisation.

Des zones d’ombre « inexistantes »

D’un point de vue judiciaire, ce dossier « n’est par parmi les plus difficiles de l’histoire du crime », a souligné l’avocat général Pierre Cortès. « L’enquête a été remarquable, l’instruction brillante et les zones d’ombre sont pratiquement inexistantes ».

« Il y a quelqu’un en haut qui décide, d’autres plus bas qui font les intermédiaires, et d’autres encore qui exécutent », a-t-il encore déclaré en introduisant son réquisitoire. Celui-ci pourrait durer jusqu’à vendredi, mais il n’a déjà pas laissé de doute sur le fait qu’il demanderait la condamnation des principaux accusés.

Multitude de témoignages

Parmi le « très grand nombre de preuves », le magistrat a recensé les vidéos du crime, les analyses de la téléphonie, une multitude de témoignages, les « déclarations croisées des accusés » et les aveux qu’ils ont passés en quasi-totalité.

Ceux de Wojciech Janowski, passés en garde à vue, et qui sont l’une des pièces majeures de l’accusation, lui « collent à la peau », a noté le représentant du ministère public : le compagnon de la fille d’Hélène Pastor, Sylvia, a depuis fait volte-face et nie être l’instigateur du crime.