Nice: Après une plainte pour harcèlement, des mesures correctives au Ballet Nice Méditerranée

ENQUETE La mairie a annoncé des dispositions pour « l’accompagnement administratif et l’accompagnement médico-professionnel » des danseurs…

F.Bi. avec AFP

— 

Illustration de danse classique
Illustration de danse classique — JAVIER SORIANO / AFP
  • Après des suspicions de harcèlement, la mairie annonce des « mesures correctives » pour le Ballet Nice Méditerranée qu’elle gère en régie municipale.
  • Congédiée après une maternité, une soliste a saisi le tribunal administratif et porté plainte au pénal pour « harcèlement et discrimination » contre le directeur.

La mairie annonce des « mesures correctives ». Le Ballet Nice Méditerranée, qu’elle gère en régie municipale et dont le directeur est visé par une plainte pour harcèlement et discrimination, va améliorer l’accompagnement de ses danseurs.

Parmi les nouvelles dispositions figure notamment « l’accompagnement administratif et l’accompagnement médico-professionnel, notamment par un médecin du sport », détaille Lauriano Azinheirina, le directeur général des services de la ville. Un formulaire d’alerte pour signaler, le cas échéant, tout cas de harcèlement, est aussi entré en vigueur.

Une danseuse congédiée après une grossesse

Après des suspicions de harcèlement, le maire avait saisi l’inspection générale des services. « Elle a conclu qu’il n’y avait ni délit [de harcèlement], ni faute professionnelle », souligne le responsable. En revanche, « ce sont des agents qui ont besoin d’un accompagnement ressources humaines spécifique à leur métier », dit-il.

Congédiée cette année après une deuxième maternité, la soliste Gaëla Pujol, 35 ans, a saisi le tribunal administratif et, parallèlement, porté plainte au pénal pour « harcèlement et discrimination » contre le directeur Eric Vu-An, ancien danseur étoile de l’Opéra de Paris, qu’elle accuse de lui avoir confié un rôle très difficile à son retour de grossesse.

« La procédure a été respectée. Son évaluation, étayée par des maîtres de ballet en juin a permis à Eriv Vu-An de ne pas renouveler le contrat », assure Lauriano Azinheirina, à propos du volet administratif et sans se prononcer sur l’aspect pénal du dossier.

« Sidérée » par le traitement de ce dossier malgré #MeToo

Gaëla Pujol est partie vivre à Marseille après avoir échoué à entrer au ballet de Madrid à un rang de simple danseuse. « On lui a préféré des jeunes femmes. Pour elle, la danse, c’est fini », indique son avocate Me Sylvie Topaloff, qui a déposé une constitution de partie civile pour obtenir du parquet de Nice l’ouverture d’une information judiciaire.

« Malgré les soutiens et les témoignages sur des comportements similaires, j’ai été sidérée par la manière dont le dossier a été traité en cette période d’attention particulière à la situation des femmes, avec le mouvement #MeToo », dit-elle. Mais après que sa cliente a été entendue par un juge d’instruction fin septembre, l’avocate « espère la mise en examen du directeur pour discrimination ». Eric Vu-An n’a pas souhaité s’exprimer.