L'exposition "Cézanne et Pissarro 1865-1885" qui s'est achevée dimanche 28 mai au musée d'Orsay a accueilli plus de 400.000 visiteurs, soit plus de 5.000 par jour, se félicite jeudi le musée dans un communiqué.
L'exposition "Cézanne et Pissarro 1865-1885" qui s'est achevée dimanche 28 mai au musée d'Orsay a accueilli plus de 400.000 visiteurs, soit plus de 5.000 par jour, se félicite jeudi le musée dans un communiqué. — Jacques Demarthon AFP/Archives

RENDU

La justice française confirme la restitution d'un Pissarro à une famille spoliée sous l'Occupation

La cour d’appel de Paris a confirmé un jugement rendu en novembre 2017 par le tribunal de grande instance qui ordonnait la restitution à la famille du collectionneur juif…

La peinture retourne dans la famille du collectionneur. La justice française a confirmé, mardi 2 octobre, la restitution du tableau La cueillette de Pissarro​, aux descendants de Simon Bauer, un collectionneur juif qui détenait la gouache, avant qu’elle ne lui soit confisquée sous l’Occupation.

L’œuvre, détenue depuis soixante-quinze ans par des Américains qui l’avaient achetée légalement aux enchères, va finalement être rendue aux héritiers de Simon Bauer. Depuis plusieurs mois, les deux familles, qui s’estimaient chacune dans leur droit, se livraient une bataille judiciaire pour récupérer le tableau.

Les Américains ignoreraient tout de la provenance de la peinture

Une vingtaine de personnes de la famille Bauer, les descendants du collectionneur spolié, se sont réunies pour récupérer la toile, La cueillette de Camille Pissarro, que leur ancêtre n’avait jamais revue. Les époux Toll, des grands collectionneurs américains qui avaient acquis légalement le tableau pour 800.000 dollars chez Christie’s à New York en 1995, estiment que ce n’est « pas à eux de payer pour les crimes de Vichy ». Le couple a toujours maintenu ignorer tout de la provenance de la peinture.

La justice française a finalement décidé, mardi 2 octobre, de donner raison à la famille Bauer. La cour d’appel de Paris a confirmé un jugement rendu en novembre 2017 par le tribunal de grande instance, qui ordonnait la restitution de « La cueillette » à la famille du collectionneur juif.

Les 109.000 euros d’indemnisation des victimes de spoliations à rendre

L’œuvre se trouve actuellement sous séquestre à l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie. Les modalités exactes de la levée du séquestre, qui peut prendre du temps, ne sont pas encore connues. La cour d’appel comme le tribunal se sont notamment appuyés sur l’ordonnance d’avril 1945 sur la nullité des actes de spoliation, pour rendre La cueillette aux Bauer.

Les époux Toll « vont se pourvoir en cassation », selon leur avocat, Ron Soffer. Un tel recours n’est toutefois pas suspensif. La cour d’appel a cependant précisé que les Bauer, qui récupèrent le tableau, devront rendre à l’Etat les 109.000 euros qu’ils avaient reçus de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliations.

La trace du tableau retrouvée lors d’une exposition au musée Marmottan

Peinte en 1887 par l’impressionniste Camille Pissarro, La cueillette, était l’un des 93 tableaux de maître de la collection de Simon Bauer, un grand amateur d’art français né en 1862, qui avait fait fortune dans la chaussure. Cette collection lui avait été confisquée en 1943 et avait été vendue par un marchand de tableaux désigné par le Commissariat aux questions juives du régime collaborationniste de Vichy.

La famille Bauer avait perdu sa trace jusqu’à ce qu’elle apprenne, début 2017, qu’elle était exposée au musée Marmottan, à Paris, prêtée par les époux Toll dans le cadre d’une rétrospective consacrée à Pissarro. Les descendants avaient alors obtenu le placement sous séquestre du tableau, le temps d’assigner les Américains.