Bretagne: Sept ans après le naufrage, le «TK Bremen» refait surface au tribunal de Brest

POLLUTION Le navire battant pavillon maltais s’était échoué sur une plage d’Erdeven, causant une belle pollution...

J. Gicquel avec C. Allain

— 

En pleine tempête, le TK Bremen s'était échoué sur la plage d'Erdeven dans la nuit du 15 au 16 décembre 2011.
En pleine tempête, le TK Bremen s'était échoué sur la plage d'Erdeven dans la nuit du 15 au 16 décembre 2011. — F. Elsner / 20 Minutes

L’image avait fait le tour du monde. En pleine tempête Joachim, le cargo TK Bremen venait s’échouer sur le sable à Erdeven (Morbihan) dans la nuit du 15 au 16 décembre 2011. La grande plage du fragile site dunaire de Gâvres-Quiberon était alors menacée par les 190 tonnes de fuel et les 40 tonnes de gazole transportées par le cargo. Traumatisée par les marées noires de l’Erika ou de l’Amoco Cadiz, la Bretagne retenait son souffle. En vain, puisqu’une nappe d’hydrocarbure d’un kilomètre de long s’échappait du cargo battant pavillon maltais. Quelques semaines plus tard, le navire avait été démonté et découpé sur place.

Ce mercredi, le TK Bremen va refaire surface devant le tribunal correctionnel de Brest. Ce procès fait suite à une plainte contre X déposée en janvier 2012 par l’association Robin des Bois pour « pollution par hydrocarbures » et « mise en danger de la vie d’autrui ». La région Bretagne avait également déposé plainte tandis que le parquet de Brest, compétent en matière de pollution maritime, avait ouvert une information judiciaire pour tenter de « comprendre pourquoi ce bateau a quitté le port de Lorient à un moment où les autres bateaux ne le quittaient pas ».

Le commandant du cargo pointé du doigt

En avril 2012, un rapport du bureau d’enquête sur les événements en mer avait pointé du doigt la responsabilité du capitaine du cargo maltais qui n’avait pas tenu le mouillage de son bateau au large de l’île de Groix malgré les conditions météorologiques désastreuses. Cela avait entraîné la dérive du bateau et son échouement sur la plage d’Erdeven.

« En prenant la décision de sortir alors qu’il avait connaissance des conditions météorologiques et en prenant les mauvaises options de navigation, le commandant du navire a commis une faute qui a eu pour conséquence la mise en danger de la vie de l’équipage et la pollution », estime dans sa plainte Robin des Bois, qui pointe aussi du doigt l’armateur et les autorités portuaires.

Le démantèlement jugé « expéditif » par Robin des Bois

L’association de défense de l’environnement s’interroge aussi sur le démantèlement expéditif du TK Bremen, digne de « ce qui se fait en Inde ou au Pakistan ». Interrogé par Ouest-France, Christophe Le Pimpec, du syndicat mixte du grand site dunaire Gâvres-Quiberon, estimait quant à lui il y a deux ans que la réhabilitation du site avait été « exemplaire » et que les précautions prises avaient permis « une cicatrisation rapide du site en aval ». Le procès doit se tenir jusqu’à vendredi devant le tribunal correctionnel de Brest.