Tatouée de la devise de Paris, indemnisée, une fausse victime des attentats du 13-Novembre devant le tribunal ce mardi

ATTENTATS Alexandra Damien, 32 ans, est renvoyée ce mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour « escroquerie » et « faux témoignage »…

Hélène Sergent

— 

Alexandra Damien a été renvoyée devant un tribunal correctionnel pour s'être fait passer pour une victime de l'attentat du Carillon, en 2015, à Paris.
Alexandra Damien a été renvoyée devant un tribunal correctionnel pour s'être fait passer pour une victime de l'attentat du Carillon, en 2015, à Paris. — JOEL SAGET / AFP
  • La jeune femme a déclaré publiquement qu’elle se trouvait à la terrasse du bar « Le Carillon », visé par les terroristes le soir du 13-Novembre 2015 à Paris.
  • Inscrite sur la « liste unique des victimes » transmise et établie par le parquet de Paris, elle aurait été indemnisée à hauteur de 20 000 euros.
  • Elle était apparue dans les médias (dont 20 Minutes) suite à un reportage sur la reconstruction des victimes à travers leurs tatouages, réalisé par l’Agence France Presse en novembre 2017.

Dans les rangs de l’association Life for Paris, on dit la « lassitude ». Pour la troisième fois en quelques mois, la justice doit juger ce mardi une « fausse victime » des attentats du 13-Novembre 2015. Loin du « coup de tonnerre » provoqué par le premier dossier du genre en mai 2016, celui de Cedric Rey, cette affaire laisse toutefois un goût amer à celles et ceux qui ont côtoyé Alexandra Damien, renvoyée devant le tribunal correctionnel de Paris pour « escroquerie » et « faux témoignage ».

Âgée de 32 ans, la jeune femme avait fait l’objet d’un reportage réalisé par l’Agence France presse (AFP) en novembre 2017 sur les tatouages dans le processus de reconstruction des victimes. 20 Minutes, comme de nombreux médias, avait par ailleurs relayé son témoignage. Depuis, Alexandra Damien a fait l’objet d’une enquête et a été placée sous contrôle judiciaire avant son procès qui doit s’ouvrir mardi dès 9 h.

Une première version dès le 14 novembre

La première apparition médiatique d’Alexandra Damien intervient dès le lendemain des attaques de Paris et Saint-Denis. Photographiée devant la terrasse criblée de balles du bar Le Carillon, la jeune femme explique le 14 novembre qu’elle devait rejoindre la veille cinq amis installés en terrasse. Voisine du lieu, elle confie au journaliste avoir perdu deux de ses proches dans l’attentat mais précise, les yeux rougis, qu’elle n’était pas sur place au moment de l’attaque. La BBC et le Wall Street Journal reprendront également ses propos.

Quelques mois plus tard, les premières associations de victimes sont constituées par les proches et les rescapés des attentats. « Elle n’a jamais adhéré, elle ne payait pas de cotisation. Mais elle a rejoint nos rangs dès début 2016. A l’époque nous n’avions aucun recul sur le phénomène des "fausses victimes", ça n’existait pas dans nos esprits et il n’y avait pas suffisamment de contrôle sur la fiabilité de nos membres », avance l’association Life for Paris.

Lorsqu’elle se rapproche de l’association, son histoire relatée quelques mois plus tôt dans les médias anglo-saxons a complètement changé. « Elle nous explique qu’elle était au Carillon avec deux amis et qu’elle a été blessée au coude par une balle. Elle a effectivement une cicatrice mais on apprendra plus tard qu’il s’agissait vraisemblablement d’une ancienne blessure de surf. Elle portait une attelle sur certaines photos, un truc sophistiqué qui partait du poignet jusqu’au coude », poursuit un membre de l’association. Dans le reportage réalisé par l’AFP, la jeune femme arbore sur le biceps la devise de Paris, « Fluctuat Nec Mergitur », symbole de la résilience parisienne au lendemain des attentats.

20 000 euros d’indemnités

En parallèle, Alexandra Damien approche le Fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme (FGTI). Inscrite sur la « liste unique des victimes » (LUV), un document officiel recensant les victimes des attentats réalisé sous l’autorité du parquet de Paris, la jeune femme peut prétendre rapidement à une indemnisation financière. Jean-François Laigneau, avocat pour le FGTI, précise : « Le Fonds a été saisi en janvier 2016 et quatre versements ont été réalisés. Le dernier remonte à mai 2017. Le préjudice s’élève à 20 000 euros et nous demandons la restitution de cette somme. »

L’émergence de cas de fausses victimes pousse quelques membres de Life for Paris, au côté d’une journaliste de l’AFP, à démêler le récit d’Alexandra. Ses témoignages datés du 14 novembre refont surface, un signalement est fait aux policiers fin 2017. Après six mois d’enquête, la jeune femme a été arrêtée en juin dernier et placée depuis sous contrôle judiciaire. Contacté par 20 Minutes, son avocat William Bourdon n’a pas souhaité s’exprimer avant l’audience.