Agde: Colère des policiers après un verdict qu’ils jugent bien trop clément

JUSTICE La condamnation sans mandat de dépôt d’un homme qui avait écrasé un policier mercredi provoque une vague d’indignation chez les fonctionnaires de police…

Jerome Diesnis

— 

Police. (Illustration)
Police. (Illustration) — Francois Mori/AP/SIPA

Les syndicats de police Alliance et Unité SGP Police/FO expriment l’un comme l’autre leur incompréhension. Un homme qui avait écrasé un fonctionnaire de police mercredi à Agd a été condamné à 18 mois de prison, dont six avec sursis, sans mandat de dépôt. Il est ressorti libre du tribunal.

Le policier accompagnait un huissier lors de la saisie de véhicules. Leur propriétaire s’est alors engouffré dans l’une d’elle avant de faire marche arrière et de lui écraser la jambe, puis de quitter les lieux. Le fonctionnaire avait tiré sur le véhicule du fuyard sans le stopper. L’homme était revenu se livrer de lui-même.

« La vie d’un policier n’aurait-elle plus aucune importance ? »

Le condamné avait initialement été poursuivi pour tentative d’homicide, avant que les faits ne soient requalifiés en coups et blessures volontaires. « Cette décision de justice est complètement incompréhensible, s’agace Rémy Alonso, secrétaire départemental d’Alliance police nationale. Elle conforte les délinquants dans leurs actions et banalise les violences envers les forces de l’ordre. Les policiers héraultais ressentent cette décision comme un affront et un désaveu de leur engagement au quotidien. »

L’indignation est la même pour Unité SGP Police-FO qui se demande « quel message veut réellement envoyer la justice de notre pays en prononçant ce type de peine », jugeant incompréhensible que le détenu n’ait pas été écroué. « La vie d’un policier n’aurait-elle plus aucune importance pour certains juges ? » s’interroge, amer, le syndicat.