L'US Carcassonne condamné à verser 115.000 euros à un ancien employé

JUSTICE Le club audois a été condamné en appel mais se réserve le droit d’un pourvoi en cassation…

J.R. avec AFP

— 

L'US Carcassonne (en jaune) est l'avant-dernier budget de Pro D2.
L'US Carcassonne (en jaune) est l'avant-dernier budget de Pro D2. — F. Rieu-Patey

C’est un coup dur pour l’avant-dernier budget de Pro D2. L’US Carcassonne a été condamnée mercredi par la cour d’appel de Montpellier à verser environ 115.000 euros à l’un de ses ex-employés, licencié en 2014.

Henri Sabatier, préparateur physique du club de rugby de juillet 2012 à fin 2014, avait été débouté en première instance par les prud’hommes de Carcassonne. Mercredi, il a finalement obtenu gain de cause en appel. Le tribunal a condamné le club de l’Aude, notamment pour « travail dissimulé, rappel de salaire durant 29 mois et douze jours à la date du licenciement, manquement au droit du travail, licenciement sans cause réelle et sérieuse ».

Possible pourvoi en cassation

L’avocat du club a demandé un échéancier pour s’acquitter de la somme auprès du club audois, dont le budget avoisine les 4,2 millions d’euros. L’US Carcassonne a réagi jeudi matin à cette condamnation, estimant être « victime de tromperie ». « La cour d’appel de Montpellier a certes fait droit partiellement aux demandes d’Henri Sabatier et ce, malgré le fait que ce monsieur n’a jamais communiqué, malgré des demandes officielles, ses déclarations de revenus pour les années litigieuses pendant lesquelles il a travaillé pour l’USC ; déclarations de revenus qui auraient manifestement mis en évidence qu’il avait d’autres revenus et travaillait donc à temps partiel pour l’USC », indique le communiqué du club.

L’US Carcassonne envisage de se pourvoir en cassation.